in

Lucky+2 : « Aujourd’hui, beaucoup d’artistes perdent en terme d’image, de popularité à cause du karma »

Lucky+2 : « Aujourd’hui, beaucoup d’artistes perdent en terme d’image, de popularité à cause du karma »

De son vrai nom Thierry Séverin Manga Ngah, Lucky+2 est un artiste musicien dont on ne présente plus sur la scène musicale camerounaise. Dès l’âge de 13 ans, il se fait très vite connaître du grand public en participant à l’émission Délire et au concours Mützig Star. Fils de l’ancien musicien Manga Lucky, aujourd’hui Lucky+2 totalise plusieurs albums à succès à seulement 34 ans. Notamment Confirmation, Alléluia pour ne citer que ceux-là. À travers son nouveau single “Il est bon” paru le 17 septembre 2022, l’artiste fait une fois de plus parler son talent dans cette chanson de l’album Volte Face où il rend grâce à Dieu pour ses bienfaits dans sa vie. Entretien avec le bi-hebdomadaire “Les Preuves”.

 

Qui est Lucky+2 et pourquoi avoir choisi ce nom d’artiste ?

 

Lucky+2 est un jeune artiste musicien Camerounais qui vient du côté de la Lékié. Je suis le fils

d’un artiste musicien connu au nom de Manga Lucky d’où vient mon nom d’artiste Lucky+2. Je n’ai pas voulu chercher trop loin. J’ai tiré un peu du nom de mon papa et j’ai ajouté du mien pour que ça donne Lucky+2.

 

À quel âge avez-vous commencé à chanter et d’où est venue votre inspiration ?

 

De manière professionnelle, c’était à l’âge de 13 ans. Juste avant, c’était des petites interprétations d’amateur dans les établissements scolaires. Mais à l’âge de 13 ans, je commence véritablement à

m’intéresser à la musique et c’est comme ça que je me retrouve à Délire où j’interprétais beaucoup d’artistes. Au sorti de là, j’ai fait le concours Mützig Star. Cela m’a vraiment donné goût à la musique une fois de plus. Étant le fils d’un artiste, j’ai grandi dans la musique. J’écoutais la musique étant tout petit. Avec l’influence de papa, je me suis intéressé. Donc, l’inspiration est venue à partir de là. Parce que, je suis le fils d’un artiste.

 

Dans vos différents singles, nous constatons que vous remerciez toujours tous ceux- qui vous ont soutenu durant votre carrière musicale. Est-ce une marque de reconnaissance pour vous ?

 

Oui ! Il est toujours important de reconnaître ceux qui nous ont aidé et qui nous ont fait du bien. Parce

que, jusqu’ici la reconnaissance rempli ce qu’on appelle le karma. Aujourd’hui, beaucoup d’artistes perdent en terme d’image, de popularité à cause du karma. Lorsque le karma commence à vous suivre, la popularité baisse aussi. Donc, je pense que la reconnaissance est très importante pour tous ceux qui œuvrent dans la musique et dans d’autres domaines de la vie.

 

Vous êtes un artiste musicien qui fait dans l’Afrobikutsi. Qu’est-ce qui explique le choix de votre genre musical ?

 

Je suis un artiste assez élargi et varié. Car, dans ce que je fais, il y a toujours une couleur Bikutsi que j’essaie de mélanger avec d’autres rythmes pour que ça donne un rythme proprement Lucky+2.

 

Aujourd’hui, vous totalisez plusieurs albums à succès. Que visent ces albums ? Posez-vous souvent la question de savoir si vos visuels sont à la hauteur de vos albums ?

 

Déjà, à l’intérieur de chacun de mes albums, il y a à 90% le Gospel qui est une musique que j’ai choisi

depuis le début de ma carrière. Il y a également mon vécu, le vécu des gens et ce que je vois

dans la société. Je me suis dis qu’il était judicieux d’apporter un peu du mien dans ce registre qui

apaise beaucoup de personnes qui ont perdu espoir. C’est la raison pour laquelle j’ai choisi ce registre. Dans mes albums, je pense souvent beaucoup plus à moi-même. Je chante ce que je ressens, ce que je pense bien pour moi et je transmets cela à ceux qui m’écoutent. Je m’attends toujours à ce que ma musique soit écoutée. Gloire à Dieu ! C’est le cas. Parce que, dans chacun de mes albums, il y a eu au-moins une chanson qui a connu un succès éclatant. Je pense que jusqu’ici, je suis un peu satisfait.

 

À présent, nous allons parler de votre nouveau single “Il est bon”. Depuis sa publication le

17 septembre 2022, il totalise déjà plus de 3000 vues sur Youtube. Dites-nous Lucky+2,

qu’est-ce qui vous a inspirécette chanson ?

“Il est bon”, c’est comme la chanson le dit. Dieu est bon ! Je suis un artiste musicien qui

a connu beaucoup d’obstacles dans sa vie. Il y a beaucoup de choses qui m’ont donné envie de m’arrêter, de laisser tomber. C’est grâce à la prière que j’ai eu la force de me relancer et faire cet album qui est déjà presque prêt pour la sortie. C’est grâce à Dieu que je suis parvenu à réaliser cet album. J’ai pensé à le lui dire à travers cette chanson. C’est d’ailleurs la dernière chanson qui annonce l’album Volte Face. Parce qu’après ce single, ce sera la sortie de l’album. Donc, j’ai voulu entamer ça avec cette chanson.

 

Nous constatons bien que vous parlez de Dieu dans cette chanson. Êtes-vous croyant ?

 

Bien-sûr ! Je suis croyant depuis tout petit. J’ai eu la chance de grandir avec ma grand-mère qui

était une chrétienne engagée et qui m’a montré le chemin de l’Église, de Dieu. À partir de ce moment, j’y suis resté jusqu’aujourd’hui. Parce que, je pense que Dieu est le centre de tout.

 

Alors, pour sortir, quel est le message de fin que vous envoyez à tous vos fans et à tous ceux-là qui vous suivent et vous soutiennent ?

 

Déjà, merci au journal Réalités Plus. Merci à tous mes fans, à tous ceux qui me suivent et me soutiennent de part le monde. Je les invite à toujours rester avec Lucky+2 que je suis dans leurs cœurs. Je ne suis qu’à 2% de ce que j’ai prévu faire pour la musique camerounaise. Je promets de toujours sortir de belles chansons avec de bons messages. Portezvous bien et sachez que l’album Volte Face arrive. Cet album va une fois de plus démontrer le talent de l’artiste Lucky+2. Merci, merci, merci et merci encore !

 

Propos recueillis par Venant Pascal BEYEGU

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

GIPHY App Key not set. Please check settings

    Cavaye Yeguié Djibril réconforte la famille d’Amadou Ali

    Cavaye Yeguié Djibril réconforte la famille d’Amadou Ali

    Jean Crépin Nyamsi : « Le football n'a pas de parti politique devoir»

    Jean Crépin Nyamsi : « Le football n’a pas de parti politique devoir»