in

La revue de presse camerounaise du lundi 22 avril 2024

Très chers abonnés, bonjour et merci de nous renouveler une fois de plus votre confiance ce matin, dans le cadre de cette revue de la presse matinale. Retrouvez ci-dessous, les informations telles que traitées dans les journaux parus en kiosque ce 22 avril 2024.

la revue de presse 1

D’après Le Zénith paru ce lundi, la couverture Santé Universelle, l’une des promesses du président de la République attendue depuis sa réélection en 2018, confiée malheureusement à des mains inexpertes, a été plombée. C’est sur fonds d’inquiétudes, de questionnements, voire d’impréparation que ce projet s’est mis en place, au regard des préalables nécessaires qui n’ont pas été réglés avant son lancement. En un an, le Cameroun cumule déjà 23 milliards de FCFA d’impayés. Qu’en sera-t-il à la fin de cette année ? Notre confrère donne des éléments de réponse en page 3.

« Projets routiers : Nids-de poule des chantiers », titre ce matin, EcoNews. Dans son développement, le journal s’interroge sur ces chantiers routiers interminables voire les obstacles à l’avancement des travaux. Pour sortir de ce cauchemar qui plombe le développement du pays, le ministre des Travaux publics s’est penché sur ces questions la semaine dernière lors de la revue des projets en cours. Décryptage en page 3.

PLANUT : Quand l’urgence s’exécute à pas de tortue. Lancé en 2019, ce programme présidentiel peine à trouver le bout du tunnel. Cinq ans plus tard, aucun projet du volet routier n’est achevé. Le journal Bougna propose un dossier sur cette affaire de la page 6 à 9 de son édition en kiosque ce matin.

Taux de croissance en zone Cemac Conjoncture Économique parle des discordances entre la Banque mondiale et la Beac. En effet, loin d’une passe d’arme entre les deux institutions financières, les observateurs s’accordent sur l’idée que le manque de coordination semble expliquer la différence des données publiées. D’après le rapport Africa’s Pulse de la Banque mondiale, cité par le journal, le taux de croissance des économies de l’Afrique Subsaharienne est projeté à 3,4% en 2024 contre 2,6% en 2023 et à l’horizon 2025-2026, cette croissance devrait se situer à 4,2%. Bien que les chiffres indiqués représentent le taux de croissance global des pays au sud du Sahara, dans le détail et selon les prévisions de la Banque mondiale, les pays de la Communauté économique et monétaire d’Afrique centrale (Cemac) devraient connaître une croissance de 2,7% en 2024 soit une hausse de 0,7% par rapport à l’exercice 2023 où le taux de croissance s’est chiffré à 2%. Pour l’exercice 2025, l’institution de Bretton Woods table sur un taux de croissance de 3% pour les 6 pays de la Cemac. C’est à lire en page 8.

Pour approfondir :   Calixthe Beyala à Béchir Ben Yahmed : « Vous étiez le dernier des démocrates »

Le quotidien Le Jour s’intéresse aux questions environnementales ce matin et se demande si le plastique, n’est finalement pas une malédiction. Selon le journal, des études scientifiques affirment que même recyclée, cette matière issue des déchets pétroliers reste dangereuse.

En sa page 3 ce matin, EcoMatin nous apprend que des séances de présentation de la CBC Bank à des investisseurs, à l’initiative de Rothschild & Co, le conseiller financier du gouvernement imposé par la Présidence de la République ont eu lieu à la mi-mars, à Paris. Dans la short list d’investisseurs retenus par Rothschild et présents dans la capitale française, trois groupes bancaires ouest africain, « esquivant délibérément de potentiels investisseurs locaux qui ne manquent pas ». Si bien que des interrogations se font jour sur une volonté délibéré de brader ce joyau bancaire local à des groupes étrangers. EcoMatin revient sur les coulisses des négociations.

Dans les colonnes de L’Indépendant de Max Mpanjo en kiosque ce matin, l’on apprend que « l’intouchable » Philémon Zo’o Zame, Dg de l’Agence de régulation des télécommunications (Art), en collusion avec le directeur de finance, Memoung Eric Blaise, est accusé par le personnel de ladite Agence de détournement d’une prime de rendement évaluée à un peu plus de 3 milliards de Fcfa. « Les multiples demandes vaines des accusateurs sur la traçabilité de cet argent, sous-tendent un mouvement de grève annoncé dès le 1er mai 2024 », lit-on.

Pour approfondir :   Attaques de Galim et Bamenda : Où sont passées les ONG et la Communauté internationale?

La pièce de monnaie de200F bientôt en circulation en zone Cemac. Selon les informations d’EcoMatin, la Banque des États de l’Afrique centrale a engagé le processus de fabrication d’une nouvelle gamme de pièces de monnaie. Ces nouveaux jetons qui entreront dans le marché de la Cemac entre les mois de juin et de septembre de cette année, ont pour objectif de lutter contre les problèmes de menue monnaie qui se posent avec acuité dans les six pays de l’espace communautaire. Décryptage en page 3.

L’entreprise parapublique en charge de l’eau potable au Cameroun, Camwater est décidée de faire prospérer son recours en annulation de la sentence arbitrale de la chambre de Commerce internationale de de Paris, dans le litige qui l’oppose à la société allemande Ludwig Pfeiffer Hoch und Tiefbau Gmbh and Co. Avec en ligne de mire, le souci de la sauvegarde d’une enveloppe de près d’un milliard de Fcfa. Plus de détails à retrouver dans Sans Détour.


Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Kona

Robert Kona, le fondateur du PCRN se rapproche du RDPC

Chedjou

Aurélien Chedjou refuse que Vincent Aboubakar soit poussé vers la sortie