in

Curiosité : Le certificat de genre de mort d’Erica Mouliom ne dévoile pas la cause de sa mort

Curiosité : Le certificat de genre de mort d’Erica Mouliom ne dévoile pas la cause de sa mort

C’est ce qu’a déploré au cours d’une conférence de presse le 8 septmebre 2021, l’avocat de la famille, Me Éric Tsamo.

Curiosité : Le certificat de genre de mort d’Erica Mouliom ne dévoile pas la cause de sa mort
Me Tsamo et le père d’Erica lors de la conférence de presse (c) Droits réservés

Erica Nfiya Mouliom était décédée dans un accident de la circulation impliquant l’artiste Ténor au petit matin du 15 juillet 2021 à Douala, et inhumée dans la région de l’Ouest deux semaines plus tard.

 Le rappeur est détenu à la prison centrale de New-Bell, poursuivi pour « homicide involontaire et conduite en état d’ivresse ». Rendu pour la troisième fois devant les juges du tribunal de première instance de Douala-Bonanjo le lundi 6 septembre 2021, ce dernier a plaidé coupable et renoncé à sa demande de mise en liberté provisoire. L’affaire a été mise en délibéré le 13 septembre prochain.

Seulement, la partie plaignante conteste le résultat d’enquête sur le certificat du genre de mort où est inscrit « Dépôt de corps post accident de la voie publique », peut-on y lire.

 « A la lecture de ces pièces, personne ne peut dire de quoi elle est réellement décédée. Parce que le médecin a écrit sur cette pièce qu’on est venu lui déposer un corps après un accident de la voie publique. Est-ce qu’elle a eu un choc au niveau thoracique, je peux vous répondre. Est-ce qu’elle a eu un traumatisme crânien, je peux ne peux non plus vous dire oui ou non. Pour nous et même pour le commun des mortels, ça signifie que même le médecin n’a pas dit de quoi elle est décédée… », a décrypté Me Éric Tsamo face à la presse.

Pour sa part, le papa d’Erica Mouliom, déplore le fait que ni Ténor encore moins un membre de sa famille n’ait eu l’initiative d’aller sincèrement présenter les excuses en pays Bamoun, une manière d’essuyer les larmes de la famille : « Je n’ai jamais reçu un coup de fil de quelqu’un de sa famille. Ni moi-même, ni un membre de la famille éloignée… », s’est indigné Jean Georges Mouliom.

L’affaire est à délibérer au Tribunal de Première instance de Bonajo pour le 13 septembre prochain…

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

GIPHY App Key not set. Please check settings

    Cameroun : Les entreprises publiques ont cumulé 224 milliards de FCFA de pertes entre 2017 et 2019

    Cameroun : Les entreprises publiques ont cumulé 224 milliards de FCFA de pertes entre 2017 et 2019

    Cameroun : Les dernières paroles d’Alain Amobé Mevégué à ses compatriotes

    Cameroun : Les dernières paroles d’Alain Amobé Mevégué à ses compatriotes