in

Violations des Droits de l’Homme au Cameroun : Ndzana Seme contre « Le silence des drôles de chrétiens »

Violations des Droits de l’Homme au Cameroun : Ndzana Seme contre « Le silence des drôles de chrétiens »

L’activiste politique en exil aux États-Unis d’Amérique, Ndzana Seme s’indigne et fustige « le silence des drôles de chrétiens » sur les « massacres et les violations des Droits de l’Homme » et la mauvaise gouvernance au Cameroun.


Violations des Droits de l’Homme au Cameroun : Ndzana Seme contre « Le silence des drôles de chrétiens »
Ndzana Seme – (c) DR

« Les Camerounais indignés par les fraudes électorales, les détournements des fonds publics et les massacres des anglophones se voient refuser toutes autorisations de s’exprimer publiquement, marchent pacifiquement pour le faire, sont violentés, reçoivent des balles réelles, sont arrêtés et accusés arbitrairement de terrorisme.

Les chrétiens, en particulier francophones, de toutes obédiences du Cameroun voient, se taisent et ne font rien. », déplore l’homme politique

Selon Ndzana Seme qui pointe principalement du doigt les chrétiens francophones qui gardent le silence devant les ijustices,  « Paul Biya refuse le dialogue que le peuple souverain anglophone demande sur la forme l’Etat, ordonne la guerre contre ce peuple et massacre ses citoyens civils et résistants depuis novembre 2016, faisant plus de 3 000 morts, des milliers de blessés et plus d’un million de déplacés. », aucune voix ne se lève pour condamner.

« Par leur silence et leur refus d’accomplir leur devoir de chrétiens, ceux qui se font appeler chrétiens sont en réalité les «boucs» qui n’hériteront pas du royaume éternel de yahweh. », poursuit-il.

Pour lui, ceux qui se font appeler « chrétiens » au Cameroun ont échoué dans leur mission et ne doivent pas être considérés comme tels. « Le Cameroun est une grande prison à ciel ouvert parce que les gens qui se disent chrétiens n’ont pas accompli leur devoir ordonné par le christ, ont accepté et souvent applaudi et béni le règne  de Paul Biya depuis 36 ans. », conclu-t-il. 

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

GIPHY App Key not set. Please check settings

    Maimounatou Bourzaka : « A travers la Journée du jeune Cinéaste, nous voulons réconcilier le public avec les productions locales »

    Maimounatou Bourzaka : « A travers la Journée du jeune Cinéaste, nous voulons réconcilier le public avec les productions locales »

    Paul Biya invite les internautes au respect des institutions

    Paul Biya invite les internautes au respect des institutions