in

Royal Fish Industry envisage de mettre sur pied, la toute première ferme piscicole intégrée en Afrique subsaharienne

maquereau au marche 1150 11085

Pour réduire les importations liées aux produits halieutiques au Cameroun en particulier et même en Afrique subsaharienne en général, la startup camerounaise Royal Fish Industry lance une levée de fonds d’un montant de 260 millions de FCFA pour la création d’une ferme piscicole intégrée.

maquereau au marche 1150 11085
Image d’illustration (c) Droits réservés

Cette opération de levée de fonds qui a démarré le 5 décembre 2021 sur la forme d’Equity crowdfunding, va s’étendre jusqu’au 1er Juillet 2022. Les fonds collectés permettront de financer la construction de 20 nouveaux points de braise et restaurants dans le pays, la production et la commercialisation de 2000 tonnes d’aliments par an voire l’augmentation de la production de poisson de table à 500 tonnes par an. Ce qui permettra la création de 63 emplois directs et plus de 1000 emplois indirects.

«Au fur et à mesure que les années passent, un constat amer et inquiétant est fait : la production issue des pêches de capture reste stagnante tandis que les besoins en protéines de poissons sont croissants. La seule solution pour faire face aux défis alimentaires auxquels nous sommes exposés est de passer à une pisciculture industrielle : produire nous-même ce que nous consommons », indique Landry Ndzala, cofondateur de RFI.

Pour ainsi dire, la start-up, une fois les 260 millions de fonds levés, va porter sa production de poisson de table de 100 à 500 tonnes, produire et commercialiser 2000 tonnes d’aliments par an. Sur le segment de la commercialisation des produits finis, la startup qui a déjà ouvert deux points de braises dans le pays veut porter ce nombre à 20 avec à la clé 63 emplois directs et 1000 emplois indirects.

Lancé en 2020 par Landry Ndzala et Franck William, deux jeunes camerounais, la start-up Royal Fish Industry se positionne davantage comme une alternative locale aux importations massives.

Chaque année, le Cameroun importe environ 120 000 tonnes de poissons. Soit en moyenne 140 milliards de FCFA selon l’Institut national de Statistiques. Pour combler le déficit et ainsi satisfaire une partie de  la demande nationale estimée à environ 500 000 tonnes RFI envisage un modèle innovant de franchise et de partenariat gagnant-gagnant. Elle prévoit pour cela construire un réseau de 10 000 pisciculteurs rentables réunis au travers de coopératives et associations piscicoles.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

WhatsApp Image 2021 12 05 at 15.11.13

Cabral Libii interdit de prendre la parole pendant la plénière à l’Assemblée nationale

agencia efe multimedia 4093542

Élection à la Fecafoot  : Les chefs traditionnels de la Lékie expriment leur soutien à la candidature  de Samuel Eto’o