Atanga Nji à Kamto : « La qualité d’ancien candidat à l’élection présidentielle ne confère aucune immunité »

Le ministre de l'Administration territoriale (Minat) frappe du poing sur la table et promet de contrer toutes les tentatives de trouble à l'ordre public après les élections du 7 octobre.

Paul Atanga Nji - DR

Ce vendredi, lors d'un point de presse à Yaoundé, Atanga Nji a pointé du doigt sans le nommer Maurice kamto candidat du mouvement pour la renaissance du Cameroun (Mrc) qui conteste la victoire de Paul Biya à la présidentielle 2018.

Le candidat du Mrc s'est autoproclamé vainqueur de l'élection présidentielle. Selon Atanga Nji, "il a ensuite de nouveau décidé de se mettre en marge de la légalité en contestant le verdict du conseil constitutionnel", déclare t-il

" Ledit candidat et son entourage n'ont cessé de multiplier les provocations et de poser des actes dangereux pour la paix sociale en essayant notamment d'organiser un mouvement insurrectionnel", indique Paul Atanga Nji.

"Plusieurs de ses actes et déclarations tombent sur le coup des lois en vigueur dans notre pays notamment des dispositions du code pénal et de la loi contre le terrorisme réprimant les atteintes à la sûreté de l'État et l'incitation à la rébellion", explique le Minat.

Le scrutin ayant pris fin « les manifestations doivent désormais de nouveau se dérouler dans les conditions prévues par la loi ».

Le patron de l'administration territoriale promet de ne plus tolérer le désordre. « Toutes les tentatives de trouble à l'ordre public, seront traitées avec la plus grande fermeté. Les auteurs comme ceux qui les y auront incitées auront à répondre devant les instances judiciaires compétentes » menace le patron de la territoriale qui rappelle que, «  La qualité d’ancien candidat à l’élection présidentielle ne confère  aucune immunité »

« Tous ceux qui seraient tentés de violer les lois de la République auront à en répondre devant les instances appropriées et subiront toute la rigueur de ces mêmes lois », conclut Paul Atanga Nji.