Bras de fer Fécafoot-LFPC : Le gouvernement met le Général Pierre Semengue entre parenthèses

Même si le Général Pierre Semengue entend mener le combat jusqu’au   bout, la décision du premier ministère de verser les salaires des joueurs de la ligue 1 et 2 à la Fécafoot va l’affecter.

Général Pierre Semengue (c) Droits réservés

 Le gouvernement fidèle aux textes…

« Les accords de la primature ont été donnés pour le virement de 350 millions de FCFA dans les comptes de la Fécafoot », a confié au Journal du Cameroun, Parfait Siki, chef du département de la communication.

La décision du gouvernement vient d’une part galvaniser les championnats à Ligue 1 et 2 mais d’autre part, ne fait pas bonne affaire au Général Pierre Semengue.

En effet, en confiant la gestion des fonds à la fédération camerounaise de football(Fécafoot), la suspension de la Ligue de football professionnelle du Cameroun(LFPC) se vérifie.

En réplique, l’ex patron de la LFPC menace de saisir, après le Tribunal de grande instance de Yaoundé, le Tribunal arbitral des sports(TAS) à Lausanne en Suisse question de démonter « l’illégalité » des textes ayant mené à la suspension l’instance qu’il a dirigée pendant huit ans.   

Pour preuve, les bureaux de l’homme du 6 avril 1984 continuent d’être ouverts à longueur de journée au quartier Fouda à Yaoundé.

Genèse du conflit Fécafoot-LFPC

En rappel, la décision de suspendre la LFPC a été prise à l’issue de la réunion du bureau du comité exécutif de la Fécafoot le jeudi 22 août 2019 et figurant dans un communiqué final portant les signatures conjointes du président de l’instance faitière du football camerounais Seidou Mbombo Njoya et de son secrétaire général, Benjamin Banlock.

Selon le communiqué final dont l’homme du 6 avril dit avoir pris connaissance « dans les réseaux sociaux », le comité exécutif de la Fécafoot décide de suspendre la LFPC « avec effet immédiat pour violation grave réitérée de ses obligations ».

 Le vendredi 23 août 2019, le général Pierre Semengue a adressé au président de la Fédération camerounaise de football, une requête où il l’exprimait son désaccord à ces « mesures discriminatoires » prises sans son consentement pourtant il faisait jusque-là partie du bureau exécutif de la Fécafoot.

 « La Ligue de football professionnel du Cameroun va immédiatement contester devant les organes, les juridictions et les instances sportives tant au niveau national qu’international aux fins d’obtenir l’annulation de ces textes illégaux », telle était la chute de la requête que le général Pierre Semengue a adressée au président de la Fédération camerounaise de football.

Depuis lors, tel un militaire au champ de combat attaché aux principes d’honneur et fidélité, l’homme du 6 avril 1984 n’entend pas lâcher prise.

Newsletter :
Déjà plus de 7000 inscrits !

Recevez chaque jour par email,
les actus Le Bled Parle à ne pas manquer !