Boris Bertolt à Jean Jacques ZE «Je sais comment tu as fait pour être recruté à VISION 4 après que CANAL 2 t'ai viré »

Cher Jean Jacques ZE.

L’illusion de la popularité ne confère pas une crédibilité intellectuelle et professionnelle. Je comprends très bien que l’environnement de médiocrité dans lequel se déploie les acteurs de ta trempe dans l’espace public au Cameroun et l’univers médiatique puisse vous conférer une place que vous ne pouvez avoir que dans les sociétés bloquées comme la nôtre.

Je n’ai pas l’habitude de prendre publiquement à partie des confrères même quand j’ai pleinement conscience de la mauvaise qualité de leur travail, mais je refuse de me taire devant des imposteurs qui manipulent l’opinion publique. Je ne vais pas étaler ici tes pratiques professionnelles gombotiques qui peuvent permettre à l’opinion publique de voir ton vrai visage. Je sais très bien que tu sais de quoi je parle. Mais si tu n’aimerais pas te voir nu apprend à bien évaluer tes cibles et le rapport de force. C’est aussi cela l’intelligence.

Jean Jacques ZE - DR

Jean Jacques Ze je sais que la défense des intérêts villageois a toujours été au centre de ta matrice intellectuelle. Mais même si l’on veut s’inscrire dans ce registre, il faut avoir un peu de lucidité. Pour ta gouverne, les photos de Bertoua où le meeting du MRC n’a pas pu se tenir à la place des fêtes, parce que la ville était militarisée. Les photos ont été envoyé depuis Bertoua par des citoyens camerounais. Certains avaient été interdits d’accès à 60km de la ville et d’autres bloqués à Bonis situé à 6km. Ce n’est ni la course cycliste, ni la tournée du gouverneur qui ont empêché le meeting de se tenir, mais le zèle de certaines autorités incapables d’ouvrir le jeu démocratique. Si publier ces photos qui illustrent le recul des libertés publiques au Cameroun, relève d’un montage, cela veut simplement dire que tu n’as aucune connaissance de l’importance des réseaux sociaux dans la circulation des informations. On peut ne pas aimer ce parti, mais en tant que journaliste on doit s’abstenir de commentaires do

Jean Jacque Ze, l’Est est la région la plus riche du Cameroun, mais la plus pauvre. Ta proximité avec le directeur adjoint du cabinet civil, Joseph Le qui a pour seul travail auprès du président Paul Biya la lecture des journaux et la surveillance de ses champs ne doit pas te faire croire que tu représentes les intérêts d’une région. NON. Tu défends les intérêts de tes « amis « pour lesquels tu travailles et qui ne travaillent pas pour les populations de l’Est mais pour leur ventre.

Boris Bertolt - DR

Tu oses me qualifier de « journaliste exilé ». Je comprends que ton niveau de technicien ne te permette pas de mesurer la profondeur des concepts que tu puisses mobiliser. C’est pourquoi c’est important d’aller à l’école et de bien faire l’école. Je te demanderais simplement de rentrer dans le dictionnaire Larousse et de relire la définition de « l’exil ». On ne parle pas ici d’électricité, mais de sociologie. Lire les journaux au lieu de faire une revue de la presse ne te confère pas le statut de professeur de journalisme. Les camerounais n’achètent pas les journaux c’est pourquoi ils sont contents de la lecture parfois maladroite des articles que tu fais chaque matin. Mais tu sais très bien que beaucoup de tes confrères, sans parler des patrons de presse n’apprécient guère ta démarche. Je sais comment tu as fait pour être recruté à VISION 4 après que CANAL 2 t'ai viré. Donc tu ferais mieux de te taire.

Je ne tiens pas à te donner des leçons parce que honnêtement du point de vue professionnel ou académique ce serait plutôt un privilège que je t’accorderais. Je t’invite simplement à rester à ta place, à servir tes amis qui oppriment ces populations que tu prétends défendre, mais évite de te prendre pour ce que tu n’es pas au risque de voir étaler en plein jour toute ton absence de professionnalisme et ta mécréance

© Boris Bertolt, Correspondance particulière

Newsletter :
Déjà plus de 7000 inscrits !

Recevez chaque jour par email,
les actus Le Bled Parle à ne pas manquer !