Cameroun : La revue de presse de ce mercredi 1er avril 2020

Chers abonnés, bonjour ! Heureux de vous retrouver une fois de plus ce matin, bienvenus à la revue de presse. Ce mercredi 1er avril 2020, nous parlerons encore du Covid-19 tel que géré dans notre pays, et bien d’autres sujets d’actualité qui ont retenu l’attention de nos confrères de la presse classique. Ouvrons donc notre chemise avec le coronavirus.

Quelques Unes parues en kiosque ce matin

Le mensuel L’Estafette de Jean Marie Mollo Olinga est disponible en kiosque. Dans sa livraison du mois de mars, notre confrère indique que la solution au Covid-19 proviendrait « d’Asie ». Le journal regrette tout de même que depuis l’apparition de cette pandémie mondiale, les médias occidentaux aient « orchestré un catastrophisme » au travers d’un « pilonnage médiatique savamment organisé ». Ainsi selon L’Estafette en publiant constamment des cas de contamination, « ils insistent peu sur les cas de guérison ». Ce qui crée l’hystérie, la psychose, et peur panique voire la terreur au sein des populations. « La Chine, la Corée du Sud, Taïwan et autres ont pourtant prouvé que cette maladie n’est pas incurable », conclut le journal.

Si selon L’Estafette, la solution au Covid-19 provient d’Asie, le FMI et la Banque mondiale tentent de soutenir de leur côté, les économies des pays pauvres en ce temps de crise. C’est du moins ce que relaie le quotidien l’Économie en kiosque ce matin. Le FMI et la Banque mondiale selon le journal de Thierry Ekoutti estiment que les pays sous-développés ont besoin de financement pour combattre le Covid-19.

Pendant que les deux institutions travaillent à apporter de l’aide aux pays africains, la sous-région Afrique centrale selon Diapason de François Mboké, est entre « deux scénarii de crise ». « Les chefs d’État de la CEMAC doivent prendre des mesures urgentes face aux chocs exogènes et à la persistance des vulgarités des économies nationales », conseille notre confrère, après évaluation de l’impact économique de la crise du coronavirus.

Essingan, le trihebdomadaire de Marie-Robert Eloundou livré en kiosque ce mercredi parle aussi du coronavirus et indique que le pouvoir de Yaoundé est face au danger du « chaos social ». Le nombre de malades est croissant « atteignant le milieu hospitalier, tandis que les failles persistent dans la gestion des membres de la diaspora qui importe le Covid-19 au Cameroun ». Notre confrère indique qu’à l’heure ou tout concourt à la prise des mesures de deuxième niveau, « le pouvoir d’achat du Cameroun constitue un handicap », mettant ainsi le régime de Yaoundé à l’épreuve d’un plan d’action adapté.

Pour sa part, le quotidien bilingue privé, Émergence estime que le gouvernement camerounais « néglige le combat » contre le Covid-19.

« L’incivisme des populations doublé de l’absence de moyens de lutte efficaces contre la propagation de l’épidémie pourrait ouvrir la porte à une hécatombe sanitaire dans la région de l’Ouest », l’alerte est donnée ce matin par notre contre Le Messager.

Le quotidien à capitaux publics, Cameroon Tribune consacre sa grande Une, au fonds de solidarité créé hier par le président de la République visant à lutter contre le Covid-19 au Cameroun. La note a été rendue publique hier dans un communiqué des services du Premier ministre. En substance, le président de la République à travers ce communiqué annonce la mise en place d’un mécanisme de financement doté d’une enveloppe initiale d’un milliard de FCFA, et destiné à supporter les opérations relevant de la stratégie de riposte nationale contre le coronavirus.  

Sortons du Coronavirus pour parler de cette guerre de leadership au Minpostel. D’après Génération Libre qui en parle ce matin, la ministre Minette Libom Li Likeng, tutelle technique de l’Agence de Régulation des Télécommunications, « vient d’infliger un véritable camouflet à Hassana Mahamat, un imposteur à peine mis à la retraite qui estime qu’un président du Conseil d’Administration d’une institution étatique peut mépriser les lois et les règlements ».

Le Soir de ce matin, revient sur le projet de construction du siège de l’Office du baccalauréat du Cameroun, et signale qu’au moment où le top management s’active pour réaliser cet important projet, « certains ennemis de la République, sans foi, ni loi, se permettent de bloquer le dossier de démarrage des travaux tel que prévu cette année ». C’est une enquête que vous lirez dans les colonnes du trihebdomadaire d’Armand Mbianda de ce matin.

Chers abonnés, nous sommes arrivés à la fin de cet exercice ce matin, rendez-vous demain pour un autre. Prenez soin de vous… Excellente journée !

Copyright (c) : Une édition réalisée par le journal en ligne Lebledparle.com

La revue de la presse camerounaise est éditée tous les matins par les journalistes du média Lebledparle.com et nous demandent un travail considérable. Nous demandons à tous les médias numériques et traditionnels ainsi que les pages administrées sur les réseaux sociaux qui nous copient d'être professionnels et de systématiquement citer leur source en mettant un lien vers notre site ou la mention ci-dessus chaque fois qu'ils reprennent notre article. Sans quoi nous nous trouverons dans l'obligation de faire valoir nos droits. Merci pour votre compréhension. 

Newsletter :
Déjà plus de 6000 inscrits !

Recevez chaque jour par email,
les actus Le Bled Parle à ne pas manquer !



Abonnement Newsletter

We use cookies

Nous utilisons des cookies sur notre site web. Certains d’entre eux sont essentiels au fonctionnement du site et d’autres nous aident à améliorer ce site et l’expérience utilisateur (cookies traceurs). Vous pouvez décider vous-même si vous autorisez ou non ces cookies. Merci de noter que, si vous les rejetez, vous risquez de ne pas pouvoir utiliser l’ensemble des fonctionnalités du site.