in

Cameroun : Déjà 12 morts sur la route du Nord en deux semaines !

Acidento

La série de deux drames se produit sur la route de la région du Nord deux semaines exactement après la première tragédie.

Acidento
Bilan de l’accident de circlation (c) Droits réservés

Sept morts, et plusieurs blessés, les véhicules endommagés. C’est le bilan enregistré des suites de deux accident de circulation survenus sur la voie routière dans la région du Nord en cette matinée du jeudi 27 août 2020.

Selon les sources, le premier accident de circulation s’est produit au petit matin à Bidzar, un village de l’arrondissement de Figuil.

Une série deux accidents macabres

Pour Mana Messengue, maire de la Commune de Figuil, « Deux voitures de transport en commun sont entrées en collision au niveau de la carrière Cimencam. L’un des véhicules se rendait à Maroua et l’autre en revenait. Sur le coup, nous avons compté cinq morts et plusieurs blessés. Je ne peux pas vous donner le nombre exact de blessés parce qu’on était pris dans l’évacuation des rescapés », a-t-il expliqué à Cameroon Info.

Ensuite, l’autre drame est survenu dans la commune de Touboro où un agent de la douane et son épouse sont tombés sur le champ : La voiture que conduisait le Douanier, s’est retrouvé sous un camion au lieu-dit ‘’Somalie’’. Les deux ont rendu l’âme sur place », révélé Célestin Yandal, le maire de Touboro.

Pour approfondir :   En l’absence de Vincent Aboubakar et en dépit Cristiano Ronaldo, Al Nassr perd le championnat

Un accident de trop !  

Rappelons que ce bilan macabre vient s’ajouter à celui enregistré lors de de la tragédie produite le 13 août 2020 sur la route Ngaoundéré- Garoua lieudit Badankali, à 85 km de Garoua. L’on a alors compté 5 morts, 24 blessés et les véhicules endommagés.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

4c68d8a6ca0ec75a78675ad8dd548b00 XL

Crise anglophone : L’armée offre des vivres au populations à Muyuka

Owonam

Grégoire Owona : « Quant à la crise anglophone, M. Kamto semble avoir un bouton magique sur lequel il faut appuyer pour y mettre un terme »