in

Bomo Ntimbane à Guilhou : « Les camerounais veulent voir la France retirer son soutien aveugle et tacite au régime de Yaoundé »

Bomo NT CGuilhou

L’affaire du prêt de 55 milliards pour la finition du complexe sportif d’Olembé continue de susciter des réactions au sein de l’opinion nationale et internationale camerounais. Après la marche pour dire non au prêt, Me Christian Bomo Ntimbane a adressé une lettre ouverte à l’ambassadeur de France au Cameroun, Christophe Guilhou.


Bomo NT CGuilhou
Christian Bomo Ntimbane et Christophe Guilhou – Mtg

L’Avocat au Barreau de Paris et du Cameroun demande au pays de Macron de ne pas apporter son soutien au régime actuel de Yaoundé au sujet de ce prêt. « Excellence Monsieur l’ambassadeur, les camerounais  veulent voir la France retirer son soutien aveugle et tacite au régime de Yaoundé, en conditionnant tout apport financier, au respect des RÈGLES de bonne gouvernance, démocratiques comme prévu par les dispositions de l’Accord de Cotonou signé entre le Cameroun et l’Union Européenne, dont la France est membre », écrit l’acteur de la société civile.

L’intégralité de la lettre ouverte.

LETTRE OUVERTE A S. E MONSIEUR CHRISTOPHE GUILHOU, AMBASSADEUR  ET HAUT REPRÉSENTANT DE LA FRANCE AU CAMEROUN.

Monsieur L’Ambassadeur,

Le 05 mars 2021, des camerounais de la diaspora vivant dans votre pays, la France, ont manifesté devant le siège de la Banque Publique de l’investissement ( BPI) à Paris, pour contester  la caution  de 55 milliards Fcfa que l’Etat Français a accordé au gouvernement camerounais  au travers de cette banque, pour lui permettre de s’endetter auprès de la banque anglaise Standard Chartered Bank.

Le président du Conseil des Camerounais de la Diaspora ( CCD) qui était le porte-parole de  cette manifestation, le général WANTO,  au cours d’un vibrant  discours a expliqué de fort belle manière, le caractère irrégulier de cet appui financier du régime Macron au pouvoir de Yaoundé.

Nous pensons qu’au lieu de faire la sourde oreille, BPI doit expliquer clairement au peuple camerounais, les raisons de son engagement pour ce prêt, au moment où, ce peuple dans sa large majorité, s’indigne et s’interroge sur la gestion opaque  des fonds débloqués pour la construction des infrastructures sportives en vue de la Can au Cameroun.

Surtout que dans ses missions, BPI Export  n’est pas habiletée à soutenir les États étrangers, mais les entreprises françaises dans leurs opérations de commerce extérieur.

BPI ne saurait se substituer à L’AFD.

Ses missions sont celles autrefois de la Coface et de Proparco.

Jamais en France une telle affaire  ne peut passer  sans explication de la structure publique indexée.

Pourquoi ce silence quand il s’agit des camerounais ?

Les camerounais  pourtant respectueux  de votre culture  de bonne gouvernance sont très déçus par la France.

Cette contrariété dans le  traitement des situations non admises en France, mais que la France supporte au Cameroun est  quelque part à l’origine d’incessantes interpellations de la France dans les  soulèvements populaires, pourtant de politique intérieure, il y a 05 ans au Burkina Faso, récemment au Mali, et en ce moment au Niger, au Tchad et au Sénégal.

Au Gabon, Au Congo, Brazzaville, en Côte d’Ivoire et en Centrafrique, ça bout, ça grogne contre la France.

Celui qui vous adresse ce message comme bon nombre d’africains vivant en France,  respecte le peuple  français et  admire les valeurs de la culture Française d’égalité, de liberté, de démocratie et de justice.

Voire le pays dont nous sommes fiers de parler la langue et qui nous offre son hospitalité, se comporter, avec autant de duplicité  et de cynisme, quand il s’agit du Cameroun, nous écœure et nous préoccupe.

C’est pourquoi, nous appelons les autorités françaises à ne pas se rendre complice de la spoliation des biens du peuple camerounais  qui a tout aussi  le droit d’aspirer à la gestion  et partage équitable de sa richesse.

Excellence Monsieur l’ambassadeur, les camerounais  veulent voir la France retirer son soutien aveugle et tacite au régime de Yaoundé, en conditionnant tout apport financier, au respect des RÈGLES de bonne gouvernance, démocratiques comme prévu par les dispositions de l’Accord de Cotonou signé entre le Cameroun et l’Union Européenne, dont la France est membre.

En ce qui concerne particulièrement  le prêt de 55 milliards de FCFA, faites une note à Votre ministre des affaires européennes chargé de la coopération, Monsieur Yves Ledrian, aux fins de suspension   dès à présent de  la caution  de BPI au Cameroun, sous la condition irrévocable  de réalisation  d’un  audit de la construction du stade d’Olembe.

En le faisant, le peuple camerounais commencera à entrevoir la bonne  volonté des autorités françaises à créer véritablement  les conditions d’une coopération juste et équitable entre le Cameroun et la France.

Je vous remercie

Bien cordialement.

Christian Ntimbane Bomo

Société Civile Critique.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

GIPHY App Key not set. Please check settings

    Replay : LE DEBRIEF DE L’ACTU du Mardi 09/03/2021:” SENEGAL: La loi de la rue embarrasse le pouvoir ” – Canal 2 international

    Jean De Dieu Momo est pour une transition “ordonnée” et “non violente” au Cameroun