in

Accompagné par le BIR, France 24 réalise un reportage spécial sur la crise anglophone

attaque secessioniste

La chaîne française France 24 par l’entremise du journaliste Patrick Fandio a fait une immersion complète au cœur de la crise anglophone en compagnie du Bataillon d’intervention rapide.

attaque secessioniste
Combattants séparatistes (c) Droits réservés

Depuis maintenant plus de trois ans, le Cameroun fait face à une crise sociopolitique de grande ampleur dans sa partie anglophone. Le grand dialogue national et d’autres tentatives envisagées par le gouvernement n’ont pas réussi à ramener la paix dans le Nord-Ouest et le Sud-Ouest. C’est le constat effectué par nos confrères de France 24 dans un reportage diffusé dimanche dernier sur leurs antennes.

« Le 1er octobre 2017 devait être leur grand jour. Celui qu’attendaient depuis si longtemps les militants séparatistes anglophones camerounais. Ce jour-là était proclamée la République de d’«Ambazonie», sur les territoires des deux régions anglophones actuelles du Cameroun », relate le reporter Patrick Fandio.

«Dans les deux régions anglophones du Cameroun, depuis trois ans, une guerre asymétrique oppose soldats et groupes armées sécessionnistes. En octobre 2017, les séparatistes y ont proclamé un État fictif, « l’Ambazonie ». L’insurrection armée s’est transformée en mini-guérilla, faisant des milliers de morts, près de 700 000 déplacés, alors que des millions de civils se sont retrouvés pris au piège. Immersion dans l’un des drames humanitaires oubliés de l’Afrique », poursuit-il dans cette production journalistique dont Lebledparle.com vous livre ci-dessous la vidéo intégrale.

https://www.youtube.com/watch?v=x5YyLaPqjJk

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

GIPHY App Key not set. Please check settings

    Hais Roger

    People : Roger et Haïs des X-Maleya se prononcent sur le départ d’August

    Me.jpg

    Quand Me Charles Tchakounté Patie rappelait à l’ordre ses confrères : « Le Barreau du Cameroun n’est pas un parti politique »