in

L’adjoint de l’ancien sélectionneur camerounais Hugo Broos, réclame plus de 13 millions de FCFA à la FECAFOOT

0af5dff06fd116f06d552337066b449b.jpg

Sven Vandenbroeck, l’ex-adjoint d’Hugo Broos, sélectionneur du Cameroun entre 2015 et 2017 est toujours en attente de paiement d’un reliquat dû à ses arriérés en tant qu’entraineur second des Lions durant son passage au Cameroun.

0af5dff06fd116f06d552337066b449b.jpg

Ledit reliquat s’élève à plus de 13 millions de FCFA, et le deadline de 60 jours donné à la Fédération Camerounaise de Football (FECAFOOT) à compter du 3 décembre 2020 pour éponger cette dette a déjà expiré.

La Commission de discipline de la Fédération Internationale de Football Association (FIFA) va donner son verdict sur cette affaire le 25 mars 2021.

En effet, au lendemain de l’échec du Cameroun à la Coupe des confédérations 2017 en Russie (deux défaites et un nul), le duo Broos- Vandenbroeck, n’est pas reconduit par le comité de normalisation de la FECAFOOT alors dirigé par Me Dieudonné Happi.

Hugo Broos crie à une rupture abusive de contrat, prétextant que le ministre des Sports de l’époque, Pierre Ismaël Bidoung Mpkatt, leur avait déjà garanti une prolongation sur le banc de touche camerounais.

Il saisit la FIFA d’une plainte le 21 décembre 2017, dans laquelle il exige du Cameroun le paiement d’un peu plus d’un milliard de FCFA, représentant à la fois leurs arriérés de salaire, outre des dommages et intérêts.

La FIFA commence à statuer sur cette affaire le 2 octobre 2018, et au bout de quinze mois, elle rend une décision pour laquelle les prétentions de Hugo Broos et son adjoint sont considérablement revues à la baisse.

Le 28 janvier 2020, l’instance rejette l’argument de la rupture abusive de contrat, mais enjoint la FECAFOOT de régler leurs arriérés aux deux techniciens, majorés de 5% d’intérêt par mois, avant le 28 février 2020.

Au 11 mai 2020, les paiements ne sont toujours pas effectués dans les comptes des deux entraineurs. La FIFA fixe de nouveau un délai de 30 jours au Cameroun pour s’exécuter.

Le 15 juin 2020, le ministre des Finances Louis Paul Motaze autorise le mandement de 33,6 millions de FCFA en faveur de Sven Vandenbroeck, et de 114 millions FCFA pour Hugo Broos.

Le 18 juin, la totalité des 147,8 millions FCFA est transférée dans le compte de Broos, qui doit procéder au partage. Mais son adjoint ne veut pas que ses émoluments transitent par un autre compte.

L’ex-sélectionneur des Lions retourne la quote-part de Sven Vandenbroeck dans les comptes de la FECAFOOT. Le temps passe, les intérêts sont comptés, et l’ardoise s’élève désormais à près de 65 000 euros, soit environ 43 millions de FCFA au 12 novembre 2020. Une partie lui est réglée, soit 44.631 euros, correspondant à 29,2 millions de FCFA.

Il reste un reliquat de 20.353 euros, soit plus de 13 millions de F CFA majorés d’intérêts de 5% à compter du 2 octobre 2018 et des pénalités à lui reverser. Ce qui aurait dû être fait depuis le 3 février 2021.

Du côté de la FECAFOOT, l’on a toujours clamé pour s’en dédouaner que la gestion des entraineurs des Lions Indomptables est un volet qui incombe exclusivement au gouvernement à travers le ministère des Sports.

Par ricochet, il revient à l’Etat de solder ce passif. Il n’est pas superflu de subodorer sur d’éventuelles sanctions sportives auxquelles le Cameroun s’expose dans cette affaire sur laquelle va définitivement trancher la commission de discipline de la FIFA le 25 mars prochain.

La sanction la plus probable étant le retrait des points aux Lions Indomptables engagés dans les éliminatoires de la Coupe du monde «Qatar 2022».

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

GIPHY App Key not set. Please check settings

    Ranece Jovial Ndjeudja

    Camvert ou le mauvais modèle de projets de développement que le Cameroun doit stopper ?

    FMM

    Lutte contre Boko Haram: Trois militaires camerounais tombent au Nigéria !