Tibor Nagy au sujet des récents massacres au Nord-Ouest : « Il n'y a pas de solution militaire »

Réagissant aux récentes attaques séparatistes qui ont coûté la vie aux éléments de l’Armée camerounaise, Tibor Nagy réitère qu’il n’a point de solution militaire.

Tibor Nagy (c) Droits réservés

« Tellement désolé de voir la violence accrue dans le conflit anglophone du Cameroun. J'ai prévenu pendant des années que s'il n'était pas résolu, le conflit deviendrait plus meurtrier et se propagerait. Il n'y a pas de solution militaire. Ce qui est dans l'esprit humain ne peut pas être éteint par la force », a analysé l’ex sous-secrétaire d’Etat américain aux affaires africaines, Tibor Nagy sur son compte twitter.

La sortie du diplomate américain fait suite aux attaques des hommes armés à Kikaikom et Bamessing les 12 et 16 septembre dernier, et qui ont tué au moins 15 soldats

Comme Tibor Nagy, des intellectuels camerounais à l’instar de Dieudonné Essomba, pensent que la solution à cette guerre, est le fédéralisme. Cependant, l’Etat appelle les bandes armées à déposer les armes depuis cinq ans. Si certains l’ont fait et rejoint les centres de DDR, les autres continuent de commettre les exactions à l’encontre des militaires et civils.

Hier encore, Joseph Beti Assomo exhortait ses compatriotes enfoui dans les forêts du Nord-Ouest et du Sud-Ouest à déposer les armes pour un retour de la paix. C’était au terme de la réunion d’évaluation sécuritaire tenue à Bamenda.  

Newsletter :
Déjà plus de 8000 inscrits !

Recevez chaque jour par email,
les actus Le Bled Parle à ne pas manquer !



Lebledparle uses cookies to improve your experience and optimize the functioning of the site. Targeted advertising content may also be presented to you. By continuing to browse, you certify that you accept the use of cookies. You can also accept these cookies by clicking on "Accept and continue". CONTACT US