in

Tibor Nagy au sujet des récents massacres au Nord-Ouest : « Il n’y a pas de solution militaire »

Nagori

Réagissant aux récentes attaques séparatistes qui ont coûté la vie aux éléments de l’Armée camerounaise, Tibor Nagy réitère qu’il n’a point de solution militaire.

Nagori
Tibor Nagy (c) Droits réservés

« Tellement désolé de voir la violence accrue dans le conflit anglophone du Cameroun. J’ai prévenu pendant des années que s’il n’était pas résolu, le conflit deviendrait plus meurtrier et se propagerait. Il n’y a pas de solution militaire. Ce qui est dans l’esprit humain ne peut pas être éteint par la force », a analysé l’ex sous-secrétaire d’Etat américain aux affaires africaines, Tibor Nagy sur son compte twitter.

La sortie du diplomate américain fait suite aux attaques des hommes armés à Kikaikom et Bamessing les 12 et 16 septembre dernier, et qui ont tué au moins 15 soldats

Comme Tibor Nagy, des intellectuels camerounais à l’instar de Dieudonné Essomba, pensent que la solution à cette guerre, est le fédéralisme. Cependant, l’Etat appelle les bandes armées à déposer les armes depuis cinq ans. Si certains l’ont fait et rejoint les centres de DDR, les autres continuent de commettre les exactions à l’encontre des militaires et civils.

Hier encore, Joseph Beti Assomo exhortait ses compatriotes enfoui dans les forêts du Nord-Ouest et du Sud-Ouest à déposer les armes pour un retour de la paix. C’était au terme de la réunion d’évaluation sécuritaire tenue à Bamenda.  

Pour approfondir :   Le maire de Massock-Songloulou demande à Eneo de faire profiter à sa commune l’exploitation du barrage de Songloulou


Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Afrique du Sud fminin

Aisha Buhari Cup : L’Afrique du Sud surprend le Nigeria et remporte le tournoi

Bueair

Près de trois milliards de FCFA pour alimenter en eau potable, trois villes du Sud-Ouest