Interpellation d’Ernest Obama : Le syndicat des journalistes dénonce des traitements «inhumains» et «dégradants»

Le président du Syndicat national des journalistes du Cameroun (SNJC) s’est inscrit en faux concernant les circonstances de l’arrestation d’Ernest Obama par la gendarmerie ce 18 juin 2020.

Denis Nkwebo (c) Droits réservés

Dénis Nkwebo refuse de faire dans l’indignation sélective. De même qu’il est monté au créneau pour dénoncer le décès de Samuel Wazizi, un journaliste anglophone durant sa période détention, il condamne avec fermeté, le modus operandi qui a abouti à l’embarquement de l’ex présentateur de décryptage sur Vision 4.

«Je condamne fermement les traitements inhumains et dénigrants infligés au journaliste Ernest Obama. Ses bourreaux connus ainsi que ceux tapis dans l'ombre connaîtront un jour le même sort. Nul ne doit prendre la justice entre ses mains pour organiser la vindicte populaire télévisée», a réagi le président du SNJC via son compte Twitter.

En effet, Ernest Obama, ancien Directeur de la chaine de télévision privée Vision4 a été interpelé ce jeudi matin au siège du groupe l'Anecdote comme nous l’indiquions dans un précédent article. Selon de nombreuses sources concordantes, l’homme de médias serait accusé de malversations financières par son propre patron Jean Pierre Amougou Belinga. Se contentant de décrié les vices lors de l’interpellation, Denis Nkwebo ne s’est pas prononcé sur les raisons qui pourraient la justifier.

Newsletter :
Déjà plus de 6000 inscrits !

Recevez chaque jour par email,
les actus Le Bled Parle à ne pas manquer !



abonnement gratuit lebledparleX

Abonnement Newsletter