Boris Bertolt : « Le porte-parole de Maurice Kamto est effectivement torturé par le gouvernement camerounais »

Le journaliste et lanceur d’alerte certifie qu’Olivier Boubi Nissack, arrêté le 22 septembre dernier, fait les frais de tortures au Secrétariat d’Etat à la défense où il a été transféré il y a quelques jours.

Boris Bertolt, Bibou Nissack (c) Droits réservés

Boris Bertolt raconte le calvaire du porte-parole de Maurice Kamto. Dans une publication Facebook réalisée le 29 août 2020, il maintient «qu’olivier Bibou Nissack, porte-parole de Maurice Kamto est effectivement torturé par le gouvernement camerounais ». Lebledparle.com vous propose ci-desssous, l’intégralité de son texte.

Depuis hier soir, j’observe une série de réactions que je qualifie d’insalubres intellectuellement qui tendent à vouloir faire croire à l’opinion publique que Bibou Nissack n’est pas torturé. Je vais faire simple pour tous.

Je tiens à apporter les précisions suivantes afin que tout citoyen camerounais quel que soit le bord politique puisse s’indigner face au bafouement sous nos yeux de la constitution camerounaise et des droits de l’homme :

1)Ce n’est pas à des individus fussent-ils membres de la famille de Bibou Nissack à démentir si Bibou Nissack a été torturé ou pas. C’est au gouvernement camerounais qui dispose d’institutions et d’outils médiatiques à cet effet. Car Bibou Nissack ne vous appartient pas. Il est le porte parole d’un homme politique qui représente les aspirations d’un peuple. Je lis vos remarques comme de la naïveté.

2) Olivier Bibou Nissack a été enlevé à son domicile. Sur instruction du patron de la police Martin Mbarga Nguele. Après 72 heures en détention dans les prisons insalubres de la PJ sans mandat d’arrêt ou de détention. Par la suite il a été transféré au SED. Dans des cellules réputées pour la capacité de destruction morale. Qu’est-ce que s’est si ce n’est de la torture.

La torture se défini comme acte par lequel une douleur ou des souffrances aiguës, physiques ou mentales sont intentionnellement infligées à une personne. La torture donc n’est pas seulement physique, elle est morale, psychique.

Et c’est le cas avec Bibou Nissack, le porte-parole de Maurice Kamto. Enlevé chez lui illégalement et amené loin de sa femme et ses enfants dans des endroits où il risque des infections ou encore la perte de la vie.

Nous devons nous battre pour que, quel que soit ce qu’un citoyen a pu faire. Quel que soit son ethnie ou sa religion. Quel que soit son bord politique. Nous puissions défendre ses droits. L’état de droit ne doit pas être facultatif au Cameroun.

 

Newsletter :
Déjà plus de 6000 inscrits !

Recevez chaque jour par email,
les actus Le Bled Parle à ne pas manquer !