Fotsing Nzodjou répond aux détracteurs du MRC : « Vous êtes petits dans la manipulation, chers camarades opposants »

Depuis l’annonce officielle de l’ouverture des listes au sein du MRC en prélude aux élections locales, certains hommes politiques se montrent acrimonieux contre le parti de Maurice Kamto comme l’a rapporté Lebledparle.com. Fotsing Nzodjou, militant du MRC a répondu ce dimanche 27 octobre 2019 à ses camarades opposants qu’il taxe de manipulateurs et que leur entreprise de manipulation est un échec. Lebledparle.com vous propose l’intégralité du texte.

Fotsing Nzodjou - capture photo

Le MRC ira aux élections à venir.

Vous êtes petits dans la manipulation, chers camarades opposants.

Certains partis de l'opposition pensent être maître de la ruse politique. Ils prétendent être les seuls à avoir une vision objective du changement dans notre pays mais dans le fond on constate une peur de la compétition politique avec un parti qu'ils ont contribué directement ou indirectement à sa destruction par le régime de Yaoundé.

Après les élections présidentielles truquées de 2018, nous sommes tous allés au conseil constitutionnel. A la fin du contentieux tâché d'irrégularité, le MRC a proposé qu'on devait résister pour exiger pour une fois la vérité des urnes dans ce pays. Les autres partis ont préféré prendre acte de la décision du conseil constitutionnel car selon eux, il faut se focaliser sur l'avenir.

C'est comme ça que le MRC a lancé son plan national de résistance avec 3 points qui devraient faire l'unanimité pour tout vrai patriote.

  1. 1. Le non au hul-dup électoral
  2. 2. Non au pillage des fonds de la préparation de la CAN 2019
  3. 3. Non à la guerre dans les régions du Nord-ouest et Sud-ouest

Sur ces trois points, aucun parti politique n'a suivi le MRC. Nous sommes allés seuls dans la rue et avons essuyé 9 mois de prison, des tortures, des violences et plusieurs des nôtres continuent de payer le prix.

Alors même que les leaders du MRC, ses alliés et ses militants croupissaient dans les enfers des prisons du Cameroun pour avoir manifesté pour des causes pourtant communes, monsieur Paul BIYA a annoncé un Dialogue.

Le MRC a posé les préconditions pour un dialogue utile et porteur de solutions, et a refusé de participer si le cadre n'est pas revu. Les autres partis politiques se sont moqués de nous et sont allés à Yaoundé participer à un mort-né dans le seul but de toucher les honoraires et de figurer sur les unes des journaux et dans les télévisions.

Après le dialogue qui a échoué car aucun problème n'a été résolu par la suite, le MRC annonce la constitution de ses listes pour les futures élections.

Les autres partis politiques montent au créneau et crient qu'aller aux élections avec deux régions en crise c'est trahir la république. Nous avons manifesté seuls pour demander l'arrêt de cette guerre à travers l'ouverture d'un dialogue inclusif, nous avons été arrêtés et emprisonnés tandis que vous vous êtes allés à Yaoundé au monologue. D'autres prétendent qu'on les a combattus quand ils demandaient qu'on aille s'inscrire sur les listes électorales, et maintenant on veut aller aux élections.

Les inscriptions sur les listes électorales relèvent du devoir de ELECAM, ce n'est pas un enjeu républicain auquel on peut se vanter d'y avoir contribué. Avant le mouvement 11 millions de citoyens, la COACIC a fait, j'ai moi-même conduit plusieurs équipes du MRC et de la COACIC avec ELECAM pour les inscriptions, sans faire trop de bruits.

Certains manipulateurs disent '' avec ce code électoral le MRC ira aux élections ?'' C'est devant le parlement à Yaoundé que les militants du MRC avaient été blessés alors qu'ils manifestaient pour exiger la réforme du code électoral avant l'élection présidentielle de 2018. Le NON au hol-dup électoral après le braquage électoral de 2018 visait à revendiquer entre autre un code électoral consensuel afin d'éviter les futurs contentieux, mais vous avez laissé le MRC seul dans les revendications.

Alors on voulait juste rappeler à nos compatriotes qu'après le braquage électoral de 2018, les grandes revendications devraient être le rétablissement de la clarté des urnes, la fin de la guerre dans les régions d'expression anglaise et la vérité sur le grand braquage financier autour des chantiers de la CAN 2019. Mais ils nous ont livré à la satrapie et se sont moqués.

Maintenant que nous avançons librement au rythme de nos stratégies, au lieu que les uns et les autres se préparent à occuper les mairies et le parlement comme ils nous ont promis après le braquage de la présidentielle, ils préfèrent retourner au laboratoire pour chercher quoi dire du MRC.

Nous sommes les seuls à maîtriser nos stratégies et nous avançons avec la tête haute. Si certains avaient tout misé sur le retrait du MRC aux futures élections, il est temps pour eux de se mettre au travail pour affronter sa ligne politique sur le terrain.

N'ayons pas peur, vous avez refusé de nous suivre dans la rue pour manifester contre les injustices, alors pourquoi vous êtes encore contre notre participation aux futures élections ?

Vous voulez finalement renverser la tyrannie que par les voies mystiques ?

Chers militants et compatriotes, ne nous faisons plus manipuler par les officines de la satrapie. Voilà 37 ans que nous sommes traités comme des petits enfants. Saisissons cette opportunité historique, le MRC est la solution.

Le président Maurice Kamto a ouvert les listes à la société civile, alors vous n'êtes pas obligés d'être militant du MRC pour entrer dans une liste. Ça s'appelle la politique du rassemblement.

Fotsing Nzodjou, combattant de la liberté.

Newsletter :
Déjà plus de 7000 inscrits !

Recevez chaque jour par email,
les actus Le Bled Parle à ne pas manquer !



abonnement gratuit lebledparleX

Abonnement Newsletter