Préparatifs de la 12ème ministérielle de l’OMC : L’intention des Etats de la Cemac d’appeler l’OMC à un aggiornamento

C’est le sentiment qui se dégage après la tenue de la visioconférence de ce 2 octobre 2021, en prélude aux préparatifs de la  12eme  Conférence ministérielle de l’l’OMC, prévue du 30 novembre au 4 décembre 2021 à Genève.

Luc Magloire Mbarga Atangana - Capture photo

Présidée par le ministre Camerounais du Commerce Luc Magloire Mbarga Atangana sous la coordination du Pr  Daniel Ona Ondo président de la Commission de  la Cemac, les  intervenants  de ce jour fondent beaucoup d’espoir sur le rendez-vous de Genève. D’aucuns laissent entendre qu’il  fera bouger les lignes, au risque d’enfoncer davantage l’Organisation dans l’inertie et l’absence des  résultats concrets. Cette raison d’espérer semble motivée par le fait que la 12e Conférence Ministérielle  sera la première organisée depuis la prise de fonction du Dr Ngozi Okonjo-Iweala en qualité de directrice générale de l’Organisation, sur qui tant d’espoir reposent pour lui redonner vie. Ajouté au fait que c’est la première femme et premier africain à prendre les  commandes de l’Organisation.

Autres éléments à verser dans ce registre, cette Conférence doit également être un tournant, étant donné qu’elle connaitra la participation, pour la première fois de l’Administration américaine. Autres faits marquants de triste réputation, c’est  la pandémie du coronavirus, et la lancinante question de la disponibilité et de la  distribution des vaccins. L’on se souvient des conséquences politico-sociales de cette pandémie pour les populations : la dérégulation sans précèdent des chaines d’approvisionnements des marchés internationaux et l’envolée des taux du fret maritime, qui pourraient occasionner de graves troubles sociaux dans le monde si rien n’est fait.

« Je voudrais renvoyer aux sources du multilatéralisme, me référant à l’esprit, sinon à la, lettre, du Kennedy Round, qui posait la règle de base selon laquelle la promotion des échanges, à travers le multilatéralisme, avait pour finalité le développement des peuples et des Etats, et pas autre chose. Le principe du Traitement Spécial et Différencié trouve là son origine et sa justification » a rappelé le ministre Luc Magloire Mbarga Atanaga le ministre  du Commerce en qualité de présidant de la rencontre. Aussi va-t-il proposer qu’au-delà, une fois encore, des questions inscrites à l’ordre du jour de la 12ème  Conférence ministérielle annoncée, que les pays de la Cemac profitent de cette 12e Conférence Ministérielle pour en appeler solennellement à un aggiornamento de l’OMC, c’est-à-dire un retour aux sources du multilatéralisme, tourné autour de la problématique du développement des Etats à travers la promotion du Commerce et des échanges multilatéraux.