in

Crise anglophone : l’appel de Jean De Dieu Momo à ses frères et sœurs de la Menoua

Crise anglophone : l’appel de Jean De Dieu Momo à ses frères et sœurs de la Menoua

Venu à Dschang le mardi 27 août 2019 pour accompagner son homologue de l’administration territoriale (MINAT) en mission commandée auprès des déplacés internes de la crise sécuritaire dans le Nord-Ouest et le Sud-Ouest, le ministre délégué auprès du ministre de la Justice, Garde des Sceaux, Maitre Momo Jean De Dieu a lancé ce vibrant appel à la Menoua.


Crise anglophone : l’appel de Jean De Dieu Momo à ses frères et sœurs de la Menoua
Jean De Dieu Momo – capture photo

Le président national du PADDEC demande aux ressortissants de son aire géographique de se montrer hospitalier envers les frères et sœurs des régions anglophones qui sont venus trouver refuge dans ce département de la région de l’Ouest. « Je pense en Afrique quand il y en a pour un il y en a pour tous », affirme le Ministre Me Momo Jean De Dieu.

Ci-dessous, la réaction complète de l’Avocat, recueillie par notre confrère de Sinotables, Augustin Roger Momokana.

« Quand j’ai appris que le représentant du Chef de l’Etat conduisait la caravane de la paix dans mon département, toute affaire cessante je suis venu pour l’accueillir et pour l’accompagner. Le message de la paix qu’il véhicule est un messager que nous devons tous porter. Parce que nous sommes tous, à des degrés différents, des victimes collatérales de cette crise anglophone. Personnellement ma famille s’est enrichie de 10 personnes. 10 personnes venant du Nord-Ouest. Dont les maisons ont été incendiées, dont les familles ont été jetées dehors. Je me suis fait un grand plaisir de les accueillir. Ils sont en perte de vitesse. Ils sont obligés de kidnapper, de faire des enlèvements pour avoir de l’argent. Parce que les sources de revenus qu’ils avaient au départ se sont amenuisées. Les gens qui avaient été trompés et qui pensaient qu’ils allaient créer un État indépendant ont réalisé finalement que c’est un rêve irréalisable. Ni aujourd’hui ni demain. Et qu’aujourd’hui l’histoire de l’Ambazonie doit être terminée. On ne doit plus en parler, ni aujourd’hui ni demain. Le Cameroun est un et indivisible. Et il le restera. Donc mon message est le suivant : S’il vous plait mes frères de la Menoua, accueillons nos amis, nos frères du Sud-Ouest et du Nord-Ouest. Montrons leur la générosité dont nous sommes capables. Quand nous allons récolter notre sac de pomme de terre, donnons-leur un seau. Quand nous allons récolter notre haricot donnons-leur un verre. Moi, j’ai donné une portion de mon champ pour qu’ils puissent cultiver déjà. S’il y a des champs en jachère donnez les à cultiver à nos frères, de sorte qu’ils ne puissent pas avoir faim chez nous. Je pense en Afrique quand il y en a pour un il y en a pour tous ».

Le séjour du MINAT à Dschang a permis à 3500 personnes réparties dans 700 familles issues des six arrondissements du département de la Menoua de recevoir l’assistance humanitaire du Chef de l’État. Les familles bénéficiaires dont les noms ne figuraient pas dans les listes doivent se faire enregistrer auprès des autorités pour bénéficier aussi de l’aide humanitaire disponible en quantité suffisante pour combler toutes les attentes.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

GIPHY App Key not set. Please check settings

    Tribune : « le régime Biya est si arrogant et imbu de lui-même »

    Tribune : « le régime Biya est si arrogant et imbu de lui-même »

    Cameroun : Les victimes de Boko Haram reçoivent des hommages à Maroua

    Cameroun : Les victimes de Boko Haram reçoivent des hommages à Maroua