in

Cameroun : La revue de presse du mardi 22 mars 2022

Cameroun : La revue de presse du mardi 22 mars 2022

Bonjour chers abonnés et bienvenus à cette nouvelle édition de la revue quotidienne de la presse. Comme tous les matins, retrouvez ci-dessous, l’essentiel des informations parues dans les kiosques au Cameroun ce jour.

Cameroun : La revue de presse du mardi 22 mars 2022
Les Unes en kiosque (c) Droits réservés

Notre fenêtre s’ouvre ce matin sur le bihebdomadaire La Voix des Jeunes, qui met en lumière un jeune : Jacques Jonathan Nyem. Cet avocat d’affaires, âgé seulement de 35 ans, pourrait selon notre confrère, être une « réserve de la République » dans la mesure où il s’exprime de plus en hors de sa zone de prédilection. Son portrait est à lire dans les colonnes du journal La Voix des Jeunes paru ce matin.

Dans un secteur de renforcements de lutte contre la cybercriminalité, et le blanchiment des capitaux, et projet de loi y relatif a été déposé hier à l’Assemblée nationale, informe Cameroon Tribune dans son édition du jour. D’après des explications qu’il donne à ce sujet, l’on apprend que le gouvernement propose aux établissements de microfinances et prestations de services de se soumettre à la loi du secret bancaire. « On note aussi un élargissement du nombre d’acteurs auquel le secret n’est pas opposable », peut-on lire.

À sa Une ce matin, le quotidien l’Économie fait savoir que le poivre de Penja, reconnu comme un des meilleurs poivres sur le marché, a été enregistré dans l’Union européenne (UE) comme première indication géographique protégée de la région de l’Organisation africaine de la propriété intellectuelle (OAPI). Aujourd’hui exporté à travers le monde, ce produit culinaire, ayant rempli les conditions requises pour obtenir la reconnaissance européenne, est une épice tropicale réputée pour ses qualités d’assaisonnement uniques ainsi que ses saveurs persistantes, commente notre confrère.

Le Jour s’est intéressé à la correspondance du gouverneur de la région du Littoral adressée promoteur de la chaine de télévision Équinoxe TV. Dans cette lettre datée du 18 mars 2022 avec pour objet « incitations répétées à la révolte populaire », le gouverneur de la région du Littoral, Samuel Dieudonné Ivaha Diboua regrette que « depuis plusieurs années », Équinoxe TV s’illustre par une ligne éditoriale « outrancièrement belliqueuse ». Aussi, l’administrateur civil hors échelle fait remarquer que la chaine bleue « s’active avec véhémence dans l’apologie de la violence et de la déstabilisation qui consiste à présenter ou à commenter des faits très souvent malicieusement déformés avec un cynisme déconcertant, en vue d’attiser les passions dans l’espoir de susciter la révolte contre les institutions républicaines », peut-on lire.

Mutations parle du procès de l’ancien ministre des Transports, Edgar Alain Mebe Ngo’o et se demande si finalement il ne s’agit pas d’un « devoir d’injustice ». Dans sa page 5 de sa publication de ce mardi, notre confrère avance les indices « d’instrumentalisation » dans ce dossier de l’ancien membre du gouvernement, accusé d’un détournement de 223 milliards de FCFA.

Le journal de Francis Bonga, Le Témoin titre à sa grande Une « Incitation au soulèvement : l’opération Halcomi des douanes en passe de provoquer OTS 2 ». D’après le journal, cette opération mise sur pied par la direction générale des douanes pour lutter contre les fraudes douanières « s’opère dans un double emploi qui vient à en faire des morts ». Le journal en page 3 propose une incursion dans cette nébuleuse qui contraste avec le climat social.

Chers abonnés, c’est ici que prend fin cette édition de la revue de presse ce matin. Merci de nous avoir suivi. A demain, pour une nouvelle édition.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

GIPHY App Key not set. Please check settings

    Hervé Emmanuel Nkom se lance dans le cinéma

    Hervé Emmanuel Nkom se lance dans le cinéma

    Plus de 300 munitions saisies chez une femme à Nkongsamba dans le Moungo

    Plus de 300 munitions saisies chez une femme à Nkongsamba dans le Moungo