in

Brenda Biya hérite-t-elle de la suite de son père à l’hôtel Continental en Suisse ?

Biya brenda continental

En pleine préparation de son premier album solo, la fille du chef de l’Etat camerounais a lâché quelques clichés d’elle dans les réseaux sociaux, devant le célèbre hôtel suisse, où son père avait pris l’habitude de passer ses congés à une époque. Les photos en circulation sur la toile suscitent les interrogations chez les internautes.


Biya brenda continental
Brenda Biya à l’hôtel continental (c) Droits réservés

En date du 13 mai 2021, qui marquait la célébration de l’Ascension chez les chrétiens, Brenda Biya a voulu partager avec ses suiveurs, ses moments de relaxation. C’est peut-être dans ce sens qu’elle a publié une photo d’elle devant l’hôtel intercontinental à Genève en suisse, avec en légende : « Hôtel Continental et puis quoi ? »

En effet, depuis le règne sans fin de Paul Biya à la tête du pays, ce dernier avait pris l’habitude jusqu’en 2019, de passer régulièrement du temps au sixième étage de l’Hôtel continental, facturée mensuellement à environ 150 000 euros soit près de 100 millions de FCFA.

Pour approfondir :   Officiel : Jean Jacques ZE est le nouveau Directeur général de Cam 10 Tv !

Une enquête du consortium d’investigation Organized Crime and Corruption Reporting Project (OCCRP) publiée en 2019, indiquait que depuis son élection, Paul Biya aurait passé quatre ans et demi dans cet hôtel situé à Genève, planté à proximité du palais des Nations. Lors de ses séjours ici, il n’était pas isolé.

En avril 2019, Paul Biya avait prévu s’y rendre avec onze militaires, avant de renoncer à ce déplacement en Suisse. Son épouse, Chantal Biya, en revanche, avait bien séjourné à Genève dans le sixième étage réservé pour son mari.

Les déplacements de l’homme du 6 novembre pour cet hôtel avaient été limités à a suite de multiples manifestations de certains Camerounais basés dans la diaspora hostile à son régime. Depuis 2019, Biya ne s’y est plus rendu officiellement jusqu’en mai 2021 où sa benjamine vient relancer le débat.

Pour approfondir :   Cameroun : Il y a un an, Boris Kevin Njomi Tchakounté succombait aux coups de poignards de son élève à Nkolbisson

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

mini Robert Charles Itok

Robert Charles Itok, journaliste en service à Canal 2 est mort

114491257 RCA

RCA : Les rebelles menacent de reprendre les hostilités contre le gouvernement