Sextape Camus Mimb - Alice Nkom : « Le plaisir que se donne des adultes consentants dans un lieu public ou fermé ne me regarde pas »

Interrogé par un internaute sur sa position concernant la vidéo sexuelle qui cristallise l’attention de l’opinion publique depuis une semaine, Me Alice Nkom s’est dite non intéressée par la vie privée des gens. Ce vendredi, une photo de l’avocate en compagnie du journaliste sportif impliqué dans ce film obscène fait le tour des réseaux sociaux. Au même moment, on l’annonce dans le collectif qui se chargera d’assurer sa défense.

Martin Camus Mimb et Alice Nkom (c) Droits réservés

L’intégralité de la position de Me Alice Nkom sur l’affaire Mimb-Malicka

1) Des adultes consentants qui se donnent du plaisir dans un lieu fermé au public et quelles sont leurs pratiques sexuelles ne me regardent pas. Ce n'est pas mon problème, d'ailleurs, je n'accepterai pas que l'on s’introduise dans ma vie privée, je défends cela depuis 20 ans.

La vie privée entre adultes consentants, notre loi la protège. Dans cette histoire il n'y a ni viol ni mineur à ma connaissance.

2) Si quelqu'un a décidé de sortir cette histoire du domaine du privé qui est protégé par les lois les plus importantes du pays, pour rendre cela public, cela s'appelle de l'outrage public à la pudeur et là, on a porté atteinte à Malika.

C'est à elle seule de voir ce qu’il s'est passé là-bas, c'est à elle de voir qui était là et peut-être de voir qui a sorti cette affaire de son contexte protégé.

Si elle estime qu'on lui a porté préjudice.

Ce n'est pas un problème de viol, de violence ou de harcèlement.

Il paraît que Malika a bu du whisky, mais boire ne veut pas dire qu’elle accepte que l'on publie ces photos.

Je n'ai aucune raison légale ou de fait de me mêler de la vie privée des gens.

3) Maintenant, si Malika venait me voir pour me dire, j'ai la certitude qu’une ou plusieurs personnes ont rendu public sans mon accord des photos ou vidéos de moi qui concernent ma vie privée, je serai à son entière disposition.

Malika ne m'a pas saisie à l'heure où je réponds à ta question fils.

4) Actuellement, j'interviens sur une question d'ordre public à savoir le détournement de 180 milliards de francs CFA de la Covid dans notre pays.

Les histoires publiques nous concernent toutes et tous et les histoires privées ne doivent pas encore une fois cacher la forêt de la corruption de notre pays. Pour toutes ces raisons, vous comprendrez pourquoi, tant que je ne suis pas saisie par Malika, la situation des comptes publics de notre pays a bien plus d’importance à mes yeux que n’importe quelle histoire privée rendue publique pour je ne sais quelle raison.

Newsletter :
Déjà plus de 7000 inscrits !

Recevez chaque jour par email,
les actus Le Bled Parle à ne pas manquer !