in

Me Alice Nkom sur l’affaire Mimb : «Je n’ai jamais appris qu’un rapport sexuel entre un homme et une femme qui sont d’accord est un délit»

Nkom Mimb

Faisant partie du collectif d’avocats chargé de la défense du PDG de Radio Sport Info, Me Alice Nkom a de nouveau déversé sa bile sur les colonnes du quotidien Le Jour.

Nkom Mimb
Me Alice Nkom (c) Droits réservés

Les avocats de Martin Camus Mimb ont encore échoué à obtenir la libération provisoire du journaliste sportif le 4 août dernier. Un état de fait qui amené la défenseuse des droits de l’homme à revenir sur cette affaire qu’elle considère comme  inique .

 «Il ne faut pas être sorti de l’université de Soa pour constituer une collégialité. Et pourquoi même une collégialité ? C’est une affaire simple, c’est un flagrant délit ordinaire. Pourquoi il y a une collégialité ? Ce sont eux qui ont voulu donner de l’épaisseur à une affaire qui n’en avait pas. D’abord je n’ai jamais appris qu’un rapport sexuel entre un homme et une femme qui sont d’accord et qui sont adultes pouvait être constitutif d’un délit. Malicka est majeure. Les garçons sont majeurs. Ils ont fait leurs choses là-bas. Je ne vois pas pourquoi ça devait donner lieu à quoi que ce soit, ni pourquoi le procureur générai devait intervenir, ni pourquoi Yaoundé devait donner des instructions, ni pourquoi le ministre (de la Femme et de la Famille) devait se lever pour s’immiscer dans le quotidien du fonctionnement de la justice. Je pense que c’est là le nœud du problème», a-t-elle déclaré dans une interview parue le 24 août 2021 dans les colonnes de notre confrère Le Jour.

Pour approfondir :   Hervé Emmanuel Nkom : « il faut que Paul Biya donne plus de considération pour les investisseurs»

 «Un juge n’a pas à lire les journaux pour juger, sinon ce n’est pas la peine qu’il soit juge. Sinon il nous laisse là-bas dans nos réseaux sociaux et on discute. Il n’a même pas à évoquer ça, encore moins les gens de Yaoundé qui donnent des ordres. Aujourd’hui il faut questionner l’état de droit et le fonctionnement – disons le dysfonctionnement – de la justice au pays. Et il faut que chaque Camerounais réalise qu’il est en danger si c’est comme ça que la justice fonctionne», a poursuivi Me Alice Nkom.

Pour approfondir :   Le report de la visite de la CAF au Cameroun démontre sa légèreté - Par Martin Camus MIMB

De mémoire, Martin Camus Mimb est poursuivi pour complicité d’atteinte à la vie privée. Et son ami Wilfrid Eteki est poursuivi pour atteinte à l’intimité de la vie privée et publications obscènes d’ébats sur les réseaux sociaux.


Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Actorir

Le Cameroun annonce la numérisation des actes de naissance

Ghana Back stars

Des têtes humaines dans le réfrigérateur d’un footballeur ghanéen