Après Valséro et Richard Bona et Longuè Longuè, Charlotte Dipanda appelle à la transition politique au Cameroun

La chanteuse était invitée sur le plateau du programme Vous+Nous sur la chaine de télévision Voice Of America (VOA) le 22 mai 2020. Interrogée sur la longévité de Paul Biya, au pouvoir, l’artiste camerounaise a formulé sans ambages qu’’il est tant de renouveler la classe politique.

Charlotte Dipanda (c) Droits réservés

Face à la journaliste française Ekia Badou, l’auteur de titre « coucou » n’a pas hésité de manifester sa volonté de voire un changement au sommet de l’État.   

« Effectivement j’ai vraiment eu la chance en tant que Camerounaise d’aller dans plusieurs régions du Cameroun et c’est un atout parce que les Camerounais à l’intérieur du pays ne voyagent pas beaucoup. Donc chacun reste dans sa région, dans sa ville souvent où on naît, grandit. Les autres on les voit souvent comme si c’étaient un peu des étrangers. D’où l’appellation de l’ « Afrique en miniature ». C’est vraiment un pays qui du Nord au Sud est complètement différent. Les gens ont des postures différentes, des cultures différentes. D’ailleurs on a plus de 200 langues au Cameroun. D’où la difficulté même pour un chef d’État de diriger tous ces Camerounais de tous bords, différents.

Mas j’avoue que moi par exemple je n’ai connu que le président actuel. Qu’est-ce que ça me ferait  du bien d’avoir une autre proposition, de se dire que c’est une autre époque  qui est inéluctablement révolue aujourd’hui et qu’on a besoin de voir ce que ce pays peut apporter à cette jeunesse-là qui est différente parce que c’est une jeunesse qui est ouverte aussi à l’extérieur, qui voit ce qui se passe à l’extérieur, qui a le devoir, en tout cas l’espère aussi pour son pays. Moi je pense qu’il est temps qu’on nous propose autre chose. Il est temps que le Cameroun se développe. Parce que tant qu’il n’y a pas d’alternance, il n’y a pas véritablement de développement possible. Je pense que l’État actuel est arrivé à bout de ce qu’il pouvait proposer au Cameroun et que, humblement il gagnerait à céder la place à une nouvelle gouvernance.  Sans rancune (Rires) », a-t-elle formulé.

Rappelons que depuis la présidentielle de 2018, les artistes comme Richard Bona, Valsero, Longuè Longuè sont débout pour demander le départ du régime en place.

Newsletter :
Déjà plus de 6000 inscrits !

Recevez chaque jour par email,
les actus Le Bled Parle à ne pas manquer !