RCA : Quatre militaires français arrêtés pour « tentative d’assassinat » du président Toudara, Paris se défend  

Selon l’ambassade, c’est par un « concours de circonstances » que les militaires français se sont retrouvés à l’aéroport de Bangui hier lors de l’atterrissage du président centrafricain Faustin-Archange Touadera.

 Un militaire et son arme (c) Droits réservés

 Le retour Pr Faustin-Archange Touadera en République centrafricaine(RCA) le 21 février 2022 a été entaché par un incident. L'équipe de protection rapprochée du général Marchenoir, chef d'état-major de la Force de la Mission des Nations unies en Centrafrique, composée de quatre militaires français, a été arrêtée à l’aéroport de Bangui. Pour cause, ils sont accusés de « tentative d’assassinat » du chef de l’Etat centrafricain alors que dernier atterrissait à l’aéroport de Bangui de retour d’un voyage à l’étranger.

« L'équipe de protection rapprochée du général (Stéphane) Marchenoir, chef d'état-major de la Force de la Minusca (Mission des Nations unies en Centrafrique), composée de quatre militaires français, a été arrêtée ce (lundi) après-midi à l'aéroport de Bangui alors qu'ils escortaient le général qui devait s'envoler pour Paris », a renseigné l’ambassade dans les réseaux sociaux.

Une version qui est renchérie l'état-major parisien des armées confié à l'AFP : « Ils étaient à l'aéroport pour escorter le général, c'est un concours de circonstances qui a fait qu'au même moment, l'avion du président Touadéra atterrissait », a-t-il expliqué.

Selon la même source, « sans raisons particulières, ils ont été arrêtés par la gendarmerie centrafricaine alors qu'ils se trouvaient près de l'aéroport et des accusations relatives à une tentative d'attentat ont été portées via les réseaux sociaux », a appris Lebledparle.com

Dans son communiqué, la représentation diplomatique française en RCA regrette l’incident autant qu’elle condamne une campagne de désinformation : « L'ambassade regrette vivement cet incident. Elle condamne son instrumentalisation immédiate sur certains réseaux malveillants et la désinformation grossière à laquelle elle donne lieu », lit-on.

Pour rappel, cet incident diplomatique survient au moment où les relations entre la France et son ancienne colonie, la RCA, ne sont pas au beau fixe du fait d’une guerre d’influence observée entre Paris et Moscou.