in

Côte d’ivoire : Gbagbo fuit le duel contre Affi Nguessan

e386afea 67a4 4b90 bffc 4d6dda0e4a9b

L’ancien président ivoirien a décidé de créer son propre parti politique lors de la réunion qu’il a convoqué ce lundi 9 août 2021 au palais de la Culture. En conflit avec le président en exercice du Front Populaire ivoirien (Fpi), Pascal Affi Nguessan, Gbagbo « n’entend pas s’engager dans une bataille juridique » avec lui.

e386afea 67a4 4b90 bffc 4d6dda0e4a9b
Gbagbo et Affi N’guessan (c) Droits réservés

Gbagbo aurait-il peur de Pascal Affi Nguessan ? c’est la question avancée par de nombreux ivoiriens. En tout cas, LG a convoqué une réunion du comité central du Front Populaire ivoirien (Fpi) ce lundi 9 août 2021 au Palais de la Culture de Treichville à Abidjan (la capitale économique de la Côte d’ivoire).

Pendant ce conclave, le chef de la section Fpi-Gor (première branche du Fpi) s’est montré mécontent du « comportement de certains camarades » en l’occurrence Pascal Affi Nguessang, le président en exercice du Fpi et chef de la section Fpi-légal (ou encore Fpi-Afi) avec qui il est en conflit depuis qu’il a manifesté son envie de prendre entièrement la tête du Fpi. Gbagbo estime que ce dernier monopolise le parti qu’il a créé.

« Le Fpi, notre seul instrument de lutte politique est confisqué par Monsieur Affi N’guessan et malgré les nombreuses initiatives pour le raisonner, il s’arc-boute sur sa soi disante ‘’légalité’’ », a-t-il déclaré dans un communiqué du Fpi-Gor publié ce lundi.

En se basant sur les dires de LG dans la correspondance « l’obstination de Monsieur Affi N’guessan de prendre en otage le Front populaire ivoirien », a foulé au pied « les années de sacrifices des militantes et militants du Parti ». Alors, pour éviter toute hostilité avec son collègue, l’ex chef d’Etat a décidé de battre en retraite. « il n’entend pas s’engager dans une bataille juridique avec monsieur Affi N’guessan » pour savoir qui est le leader véritable du Fpi entre lui et son ex premier ministre.

Gbagbo a donc sollicité le comité central pour la création d’un « nouvel instrument de lutte conforme à notre idéologie et nos ambitions », souligne la note. Et la haute direction n’a pas tardé à lui donner raison. Elle a validé sa demande.

La réunion organisée à l’initiative de Laurent Gbagbo était composée des 800 cadres dont des membres statutaires du comité central, des membres du comité de contrôle, des membres du conseil politique permanent, des députés et des membres fondateurs d’Ensemble pour la Démocratie et la souveraineté, une coalition anti-Ouattara qui s’est crée autour du Fpi en 2017.

Ce symposium avait pour but « de rendre hommage aux camarades et sympathisants disparus » et de porter une attention particulière à Laurent Gbagbo depuis controversé par les membres du Fpi-Légal qui n’ont pas du tout été conviés. Ceux-ci en guise de réponse, ont prévu d’organiser leur conclave les 11, 12 et 14 août prochains. Ils ont aussi décidé de ne pas inviter leurs camarades du Fpi-Gor.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

GIPHY App Key not set. Please check settings

    Kamolr

    Cameroun : Maurice Kamto réagit au décès de Christian Penda Ekoka

    mardi 10 aout 2021

    Cameroun : La revue de presse du mardi 10 août 2021