in

Côte d’ivoire : Laurent Gbagbo bien décidé à contrôler le Fpi

db70f1ca 9561 4c15 a161 224fab638704

L’ancien président de la République a convoqué une réunion avec le comité central de son parti politique ce lundi 9 août 2021. Il n’a pas invité le président en exercice du Fpi Pascal Affi N’guessan. Leurs clans sont en conflits depuis qu’il a annoncé qu’il va reprendre les rênes de l’organisation.

db70f1ca 9561 4c15 a161 224fab638704
Laurent Gbagbo (c) Droits réservés

Malgré que le Fpi-légal (la deuxième branche du Fpi) ne le considère pas comme le président en exercice du parti politique, Laurent Gbagbo, n’entend pas s’arrêter là. Il organise ce lundi 9 août 2021 une réunion avec les hautes instances du Front populaire ivoirien (Fpi) au Palais de la Culture de Treichville à  Abidjan (la capitale économique de la côte d’ivoire.)

Ce symposium se tiendra en présence de la haute direction du parti qui est composée d’au moins 800 membres. Les alliés d’Ensemble pour la Démocratie et la Souveraineté (Eds), une coalition anti-Ouattara créée autour du Fpi en 2017, ont tous été conviés.

Simone Gbagbo, avec qui, il est en procédure de divorce pourrait également être de la partie. « Elle est un membre du Comité central », précise un des organisateurs.

Gbagbo a l’intention d’annoncer qu’il va reprendre le contrôle total du Front Populaire ivoirien (Fpi). Il est sans doute agacé de diriger une seule branche celle appelée « Fpi-Gor. »

Pour ne pas avoir affaire à ses contestataires dans le Fpi, il n’a convié aucun membre du Fpi-légal notamment le président en exercice Pascal Affi Nguessan.

Quel est le problème au Fpi ?

D’après les médias locaux, Pascal Affi Nguessan a proposé à Laurent Gbagbo (Lg) d’être désigné comme président d’honneur du FPI au prochain Congrès censé avoir lieu avant décembre 2021. Il s’agit d’un poste purement honorifique qui lui confère le statut de patriarche dont la parole sera entendue avec beaucoup d’intérêt. Il sera dépourvu de pouvoirs décisionnels pendant les grandes réunions du parti.

Quant à lui-même, il a décidé de conserver la présidence du parti jusqu’en 2025 en promettant de quitter s’il est élu en 2025 ou battu aux élections présidentielles.

Des propositions que le président Gbagbo a jugé insultantes envers sa personne. D’où son refus de recevoir Affi Nguessan qui avait demandé audience par l’intermédiaire de la seconde épouse de Gbagbo, NADY BAMBA. 

La rupture est définitivement consommée car GBAGBO estime qu’il a été trop patient et clément avec Affi Nguessan malgré ses nombreuses forfaitures et dérives lors de son incarcération à la Haye au Pays Bas. En passant de l’invalidation de sa candidature au congrès du FPI par la justice de Ouattara alors qu’elle avait été validée par Hubert Oulai président du comité de contrôle, jusqu’à l’arrestation de Assoa Adou,  Danon Djedje et ses ex-camarades du parti. Puis, Affi Nguessan a même traité Gbagbo de “menteur ” à son retour de Paris en mai 2019 après leur rencontre avortée à Bruxelles.

Pour LG, il est temps de tourner définitivement la page AFFI NGUESSAN. Le conclave du 9 Août réunissant les hautes instances du parti amorcera un renouvellement du FPI de fond en comble.

 

 

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

GIPHY App Key not set. Please check settings

    Initiative back to school

    Scolarisation des enfants déplacés internes : Ludovic Lado adresse une lettre ouverte aux ministres de l’éducation de base et des Enseignements Secondaires

    CS JP

    [Tribune] Louis-Marie Kakdeu : « La justice populaire domine parce que les institutions de la justice sociale ne marchent plus »