in

Cameroun : Déféré à kondengui, David Eboutou demande la libération de Bibou Nissack

Olivier Bibou Nissack (porte-parole de Maurice Kamto), Alain Fogué (Trésorier du MRC) et sept autres militants MRC placés sous mandat de dépôt à la prison centrale de Yaoundé.


Cameroun : Déféré à kondengui, David Eboutou demande la libération de Bibou Nissack
Bibou Nissack et David Eboutou – capture photo

Dans une tribune publiée sur Facebook le mercredi 4 novembre 2020, le consultant média, David Eboutou condamne la détention et demande que Bibou Nissack soit libéré. « Par ces quelques mots, je plaide pour la libération d’olivier Bibou Nissack et de tous ses camarades politiques dont l’embastillement officiel cette nuit reste du moins qu’on puisse dire inconséquent ! Liberté pour Bibou et ses amis politiques », écrit-il.

Lebledparle.com vous propose l’intégralité du texte.

Ah mon frère ! Mon ami…je suis si triste !

Il faut sortir du cycle répressif camerounais actuel en favorisant une approche conciliante….

Il y’a  des nuits comme celle qui vient de s’achever ou le sommeil fut lourd, très lourd. Savoir qu’un ami de longue date a passé la nuit dans un milieu infeste où la mort et la vie se côtoient au quotidien, loin de son épouse et de ses mignons gosses fend le cœur.

Souvent, face aux peines qui viennent assombrir nos Éphémères moments de joie, on en vient souvent à sentir si impuissants au point de vouloir tout abandonner, fondre dans la nature et se refaire une autre vie ailleurs. Mais comment fuir sa conscience ? Mieux, Comment crier sa colère face à un système aussi  violent qui n’a de réplique à toutes revendications que la répression ?

Comment faire comprendre à nos juges que de par leurs décisions souvent arbitraires, ils contribuent de façon active à renforcer le lit des frustrations déjà si bien dressé par l’hégémon central et ses comparses?

Une société aussi fragile comme la nôtre ne peut se construire au bout du marteau. Elle pose ses jalons, anneau après anneau et année après année, à travers un débat démocratique franc et courtois dans le respect de l’appartenance idéologique des autres bords.

Les clivages idéologiques et politiques actuels bien que motivés et nourris à la sève de quelques arrivistes villageois qui éructent au quotidien leur venin Méphistophélique sur ceux qui refusent de penser comme eux, finiront par mourir de leur belle mort. Ils seront rattrapés par la loi de la finitude.

Mais Ce qu’il y’a de grave, et je le rappelais déjà plus haut, c’est ce regard suspicieux et invectivant que le camerounais pose en permanence sur l’autre. Il épie en permanence ce dernier pour l’étiqueter à la première divergence d’opinion. Certains en sont maîtres !

C’est ce postulat par analogie que de hauts fonctionnaires, en l’occurrence ici les magistrats finissent par s’en approprier. Se confondant à la figure hégémonique de l’État, ils pensent rendre service à l’hégémon central et à sa politique en marquant au fer rouge tous ceux qui s’opposent de façon  véhémente à sa politique. Le clivage n’est donc plus seulement idéologique ou politique mais également institutionnel. Ça craint !

Le défi dès lors est de concilier, de dé-extrémiser et de créer un discours conciliant, fédérateur et mitoyen à travers une ingénierie subtile qui panse les plaies béantes à la Bétadine de l’amour et au sparadrap de la réconciliation…

Notre survie passe par là!

Par ces quelques mots, je plaide pour la libération d’olivier Bibou Nissack et de tous ses camarades politiques dont l’embastillement officiel cette nuit reste du moins qu’on puisse dire inconséquent !

Liberté pour Bibou et ses amis politiques.

David  Eboutou

Société Civile pour la Veille Stratégique ( SCVS)

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

GIPHY App Key not set. Please check settings

    Cameroun : Des hommes armés attaquent un collège à Limbé (Vidéo)

    UEFA Féminine: Akaba buteure, le FC Minsk prend une option