in

Tribune : on ne bâtit pas une armée forte, intègre et au service des citoyens avec des individus faibles et corrompus !

F Essi

Le 12 avril 2021, le Ministre délégué à la Présidence en charge de la Défense a publié un communiqué dans lequel il mettait en garde certains citoyens contre les pressions diverses exercées à son niveau pour faire admettre, en contournant la loi et le principe du mérite, des jeunes dans l’armée et la gendarmerie.


F Essi
Franck Essi, SG CPP – DR

D’après le Ministre en charge de la Défense, « Les sollicitations formulées visent manifestement à travestir, le moment venu, les résultats de ces concours et recrutements ».

Nous ne pouvons pas certifier que cette sortie est sincère ou pas. Nous ne saurons dire si ce communiqué n’est pas une tentative de se couvrir ou pas. Nous ne savons pas non plus si c’est une manœuvre pour échapper aux actions de pression et d’influence qu’il subirait dans le cadre de ce processus de recrutement.

Néanmoins, nous pensons, avec toutes les incertitudes sur les motifs et la réalité des manœuvres évoquées, que ce type de sortie est salutaire. Elle est salutaire pour plusieurs raisons :

1. C’est de la responsabilité des autorités publiques de veiller au strict respect des normes, règles et procédures qui assurent le bon fonctionnement des services publics et permettent ainsi la préservation de l’intérêt général.

2. C’est très important pour des dirigeants de dénoncer les manœuvres et tentatives de pression qu’ils subissent et qui sont de l’ordre de la violation des lois et principes clés du pays.

3. C’est absolument nécessaire de prendre l’opinion publique à témoin face à des lobbys et autres groupes de pression qui privilégient leurs intérêts particuliers au détriment de l’intérêt général.

4. C’est un exercice d’édification citoyenne en ce sens que ce communiqué rappelle que les dirigeants comme les citoyens ont la responsabilité de respecter les lois du pays.

Pour approfondir :   Le point sur la dernière journée des qualifications pour la CAN 2021

Nous imaginons aisément que cette pression vient en premier lieu des cercles du pouvoir. Sans doute, ce sont des ministres, des directeurs généraux, des députés, des sénateurs, de hauts fonctionnaires et autres détenteurs d’une partie du pouvoir qui sont les acteurs de ce type d’entreprise de dévoiement des processus de recrutements au sein des institutions publiques.

On voit difficilement comment des personnes modestes pourraient exercer une forte pression sur le Ministre en charge de la Défense.

Dans cette affaire, il n’y a en réalité rien de nouveau. C’est le même cirque qui est observé chaque fois qu’il y a des concours ou des recrutements dans notre pays. A ces occasions, on voit se déployer toutes formes de pression et de manouvres illégales en vue de placer des proches, au détriment des principes de mérite, des missions desdites institutions et enfin, de l’intérêt général.

Ce sont de telles pratiques qui contribuent grandement à l’effondrement de la morale publique, du service public et de la confiance des citoyens dans les élites ainsi que dans les institutions qu’elles dirigent.

Cette sortie du Ministre délégué en charge de la Défense remet en lumière de telles pratiques funestes ainsi que plusieurs dynamiques malheureuses qui travaillent notre pays aujourd’hui.

Elle nous rappelle que la plupart des personnes qui sont dans les cercles du pouvoir ont perdu l’essentiel de ce qui permet à une société de se développer : le respect des principes et des valeurs qui assurent l’intérêt général.

On constate aussi à l’occasion qu’il n’y a plus aucune limite. Les corps qui relèvent des missions régaliennes de l’Etat tels que la justice, l’administration et la sécurité sont peuplés en quantité significative d’individus qui n’ont ni la qualité ni le mérite pour s’y retrouver.

Pour approfondir :   Wilfried Ekanga : « Paul Atanga Nji a disparu de la circulation comme les pièces de monnaie au Cameroun »

Ce faisant, c’est ainsi que l’on détruit un pays. On le détruit en mettant partout des incompétents et des corrompus. On le détruit en trichant systématiquement. On le détruit en oubliant que ces personnes, en contrepartie d’un salaire, auront la responsabilité de servir leurs concitoyens.

On détruit un pays en instaurant puis en perpétuant des pratiques injustes qui frustrent les plus démunis et développent chez ces derniers une volonté de vengeance.

On détruit un pays en prenant en otage les institutions pour assouvir les seuls intérêts d’un clan, d’une tribu, d’un parti, d’un groupe ésotérique, d’une caste socio – professionnelle.

On le détruit simplement en écartant les normes et en normalisant les écarts à tous les niveaux.

Quand cette folie va jusqu’à vouloir contourner les procédures normales pour placer des enfants dans l’armée, la gendarmerie ou la police, on atteint le fond du gouffre.

On ne comprend plus que dans des institutions pareilles, en temps de crises, de guerres et de grands périls, on ne peut pas s’amuser.

On ne bâtit pas une armée forte, intègre et au service de la Nation avec des individus faibles et malhonnêtes !

Ces parents qui cherchent à contourner les procédures de recrutement ont perdu tout repère. Plus grave, croyant faire du bien à leur progéniture, ils sont en train de les envoyer à la mort.

Le terrain ne ment pas.

 Les temps où l’armée n’avait pas de guerre à mener est révolu. Être militaire ou gendarme, face aux nouvelles menaces sécuritaires internes et externes, ne sera plus une sinécure.

Ce pays est malade. Il est absolument nécessaire de le guérir. Et le travail pour le faire s’annonce de plus en plus gigantesque et complexe.

Franck Essi, 15 avril 2021

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Johnson Chili

Martin Camus Mimb tire les leçons de l’élimination des Lionnes aux barrages des JO Tokyo 2020

Le Bataillon d’Intervention Rapide impliqué dans un accident de la circulation sur la nationale N°3