Affaire Patrice Nganang : Ce que l'ambassade des USA recommande aux américains faits prisonniers à l'étranger

L’arrestation du Professeur Patrice Nganang qui séjourne à la prison centrale de Kondengui depuis mercredi soir, après sept jours passés en cellule continue de faire couler encre et salive.

patrice.jpg
Patrice Nganang - DR

Interpellé en possession de 2 passeports le 6 décembre dernier, à l'aéroport international de Douala,  l’auteur de "Temps de chien", est poursuivi  immigration clandestine, menaces de mort et faux et usage de faux.  «Ou Patrice Nganang est camerounais, ou il est américain » (Issa Tchiroma Bakary)

Alors qu’une partie de la population pense que Patrice Nganang qui bénéficie d’une nationalité américaine n’a rien à craindre et pourra retrouver sa liberté très bientôt grâce au soutient de son pays d’accueil, Lebledparle.com saisit le prétexte pour revenir sur les recommandations  de l’Etat américain concernant ses ressortissants en séjour à l’Etranger ?

Le Département d’Etat américain dit être engagé aux côtés de ses ressortissants en difficulté à travers le monde. « Le Département d’État s’engage à assurer un traitement juste et humain pour les citoyens américains emprisonnés à l’étranger. Nous sommes prêts à aider les citoyens incarcérés ainsi que leurs familles selon notre autorité et conformément au droit international, et au droit du pays d’accueil », peut-on lire dans des sites internet  des Ambassades des Etats-Unis à travers le monde.

Les autorités du pays de Donald Trump recommandent par ailleur à ses citoyens d’éviter de se faire arrêter en territoire étranger. « Évitez de vous faire arrêter à l’étranger en: Suivant les lois et règlementations du pays de séjour; Apprenant les lois qui pourraient être différentes des lois américaines. »

Les USA proposent à ses compatriotes en détention à l’extérieure de « Demandez aux autorités pénitentiaires d’aviser l’ambassade ou le consulat des États-Unis ». Si un citoyen américain résident dans un pays est au courant de l’arrestation de son compatriote, il doit contacter l’ambassade ou le consulat américain le plus proche pour les informer de l’arrestation.