Maurice Kamto : « Un parti n’est pas créé pour faire le boycott »

Dans une adresse à ses militants le 30 novembre 2021 au siège régional de son parti à Douala, Maurice Kamto, très vexé, est revenu sur sa décision de ne pas participer aux élections législatives et municipales de février 2020. S’il reconnait que les marches et le boycott ne sont pas un programme politique, il ne dissocie pas cependant ces deux méthodes du jeux politiques.

Maurice Kamto (c) Droits réservés

« Ceux qui viennent intoxiquer nos camarades, en disant que j’ai boycotté les élections de 2020 en prenant la décision tout seul. Oui j’assume, j’ai boycotté les élections. Ils disent maintenant que c’est leur fonds de commerce… Un responsable soi-disant du parti est venu me demander de signer devant lui, que je m’engage à aller aux élections de 2025. Mais je vous dis ici en toute simplicité. Un parti n’est pas créé pour faire le boycott. Comme un parti n’est pas créé pour faire les marches en permanence. Mais le boycott et la marche font partir des outils politiques peut utiliser pour s’exprimer…», a déclaré Maurice Kamto dont vous retrouverez l’intégralité des propos dans sa sortie ci-dessous.

Le 25 novembre 2019, le chef du Mouvement pour la renaissance du Cameroun (MRC) avait en effet exhorté les potentiels votants à « rester chez eux » le 9 février 2020, date des élections législatives et locales. Avec cette annonce, le candidat malheureux à la présidentielle du mois d'octobre 2018 avait appelé à un boycott pur et simple du scrutin.

« En prenant cette décision politique grave, le MRC reste fidèle à lui-même au regard de l’actualité et de la situation générale du pays. Fidélité à l’idée qu’organiser des élections locales au Cameroun aujourd’hui, sans avoir rétabli la paix dans les régions du Nord-Ouest et du Sud-Ouest (…), c’est délivrer un message selon lequel ces populations ne sont pas des Camerounaises et, ce faisant, consacrer la partition de fait du pays », écrivait Kamto tout en appelant les autres partis d’opposition à le suivre dans ce mouvement de boycott. Un appel qui n’avait pas été suivi par les autres formations politiques de l'opposition.

Newsletter :
Déjà plus de 8000 inscrits !

Recevez chaque jour par email,
les actus Le Bled Parle à ne pas manquer !



abonnement gratuit lebledparleX