in

Travaux d’achèvement du Complexe sportif d’Olembé : Cyrille Ntolo donne les détails sur les 55 milliards FCFA

nTOLOA

Au moment où un crédit de 55 milliards de FCFA pour achever les travaux de construction du complexe sportif d’Olembé fait un tollé au sein de l’opinion nationale, Cyrille Ntolo, président du comité ad hoc des infrastructures au ministère des Sports a tenu à éclairer la lanterne lors de son intervention au 20h30 du 22 février 2021.

nTOLOA
  Cyrille Ntolo (c) Droits réservés

Le mardi 16 février 2021, le président Paul Biya a, par un décret, autorisé le ministre de l’Économie, de la Planification et de l’Aménagement du territoire à signer avec la Standard Chartered de Londres et BPI Export Finance, une convention de crédit d’un montant de 84 101 978, 98 euros, pour le financement du projet d’achèvement des travaux du complexe sportif d’Olembé.

Depuis, lors des Camerounais estiment qu’il s’agit d’un budget de trop compte tenu du niveau d’avancement des travaux. C’est pour faire taire les polémiques que Cyrille Ntolo est intervenu au média national pour faire la lumière sur cette affaire.

Pour ce dernier, «Ce qui se passe c’est que juste après le retrait de la CAN 2019 au Cameroun, l’entreprise Piccini décide d’arrêter les travaux. Magil qui vient d’achever les travaux du stade de la réunification de Douala, se propose alors avec l’appui du gouvernement canadien d’accompagner le gouvernement dans l’achèvement du complexe sportif d’Olembe. Magil décide d’achever l’ensemble des composantes du complexe dans les limites de l’enveloppe restante du marché initial de Piccini, c’est-à-dire 50 milliards de FCFA représentant des financements non mobilisés du premier marché plus 5 milliards de frais supplémentaires. Les 50 milliards ne sont donc ni un projet de détournement de milliards, encore moins une surfacturation. La Standard Chartered Bank s’est rendue compte que les procédures d’attribution du marché à Magil étaient tout à fait régulières, aussi bien par rapport aux lois nationales qu’internationales. Elle a donc décidé de poursuivre la négociation avec le gouvernement camerounais », a-t-il expliqué.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

le 23 fevrier 2021

Cameroun : La revue de presse du mardi 23 février 2021

Bafaro

Manaouda Malachie : « Lorsque nous voyons l’évolution globale de l’épidémie, il n’y a pas matière à s’alarmer outre mesure »