Sécurité privée : Le gouvernement lance la fermeture des sociétés de gardiennage exerçant dans la clandestinité

Le préfet du département du Wouri dans le Littoral a lancé l’opération le 13 octobre 2021.

Un vigil (c) Droits réservés

Les sociétés privées de gardiennage ne vont plus fonctionner dans l’illégalité à Douala. Benjamin Mboutou, le préfet du département du Wouri dans la région du Littoral, a sonné la fin de la récréation   à travers une opération lancée le 13 octobre dernier.

 D’après le constat fait par l’autorité administrative, seules 25 sur la cinquantaine de sociétés de gardiennage recensées, sont en règle.

Cette phase de répression du préfet survient deux semaines après une réunion de concertation tenue entre le ministre de l’Administration territoriale et les promoteurs de l’activité en question.

Au cours de ladite rencontre le 30 septembre 2021, Paul Atanga Nji a reproché aux réparables des sociétés de gardiennage qui emploient des jeunes, le non-respect des règles qui régissent l’exercice du gardiennage, le non-reversement à la Caisse nationale de prévoyance sociale(Cnps) des cotisations sociales de leurs employés ou le paiement irrégulier de leurs salaires.

 Le Minat avait au passage relevé que les sociétés de gardiennage emploient plus de 70 000 jeunes depuis 2016, avec un salaire de 32 460 FCFA pour 1ère catégorie, contre 42 000 FCFA pour ceux de la deuxième catégorie et 50 400 FCFA pour la 3ème catégorie, révélait un signataire.  

Newsletter :
Déjà plus de 8000 inscrits !

Recevez chaque jour par email,
les actus Le Bled Parle à ne pas manquer !



abonnement gratuit lebledparleX

Abonnement Newsletter

Lebledparle uses cookies to improve your experience and optimize the functioning of the site. Targeted advertising content may also be presented to you. By continuing to browse, you certify that you accept the use of cookies. You can also accept these cookies by clicking on "Accept and continue". CONTACT US