Christian Bomo Ntimbane soutient le Gicam et tance le ministre de la Justice Laurent Esso

Le Groupement inter-patronal du Cameroun a refusé de recevoir Jean de Dieu Momo en lieu et place de Laurent Esso à des échanges sur l’insécurité des affaires au Cameroun auxquels il a été invité. Réagissant à cette actualité, Christian Bomo Ntimbane a salué l’attitude du Gicam. Selon lui, le cette association a mis un terme à la « condescendance » du Minjustice. Lebledparle.com vous propose ci-dessous l’intégralité de la sortie de l’avocat parvenue à notre rédaction ce 16 avril 2021.

Christian Bomo Ntimbane (c) Droits réservés

Je voudrais apporter tout mon soutien au groupement inter-patronal du Cameroun (Gicam), pour avoir mis un terme au mépris et à la condescendance sous les oripeaux d'une pseudo discrétion, de Monsieur Laurent Esso, ministre de la Justice, en refusant de recevoir, son représentant le ministre délégué Jean de Dieu Momo, à ses assises, auxquelles il était pourtant personnellement convié, pour répondre des raisons de l'insécurité juridique et judiciaire criante des affaires au Cameroun.

Comment peut-on imaginer, Dupont Moretti, le Ministre français de la justice, envoyer un représentant pour répondre aux questions concernant la justice et les affaires, aux assises du groupement patronal français le Medef, l'équivalent du Gicam camerounais ?

Monsieur Laurent Esso, ne sait-il pas que l'insécurité judiciaire est la principale cause de la morosité économique du Cameroun, selon différents rapports de la Cnucced, et des bailleurs de fonds ? Comme je l'ai dénoncé, il y a quelques temps, l'incompétence avérée de ce ministre, dans la gestion du ministère de la justice au cours de ces deux passages comme chef de ce département ministériel, est préoccupante.

Je voudrais rappeler que Monsieur Laurent Esso, du fait de son mépris à l'égard des corps professionnels judiciaires, porte la responsabilité du déclenchement de la guerre dans le NOSO.

Les camerounais devraient bien le savoir. Les milliers de morts militaires et civils, les blessés, les réfugiés et déplacés de cette guerre, les villages détruits, il les porte dans sa conscience. Qu'on se souvienne bien que tout est parti du mépris et de la condescendance que ce ministre, a eu à l'égard des Avocats anglophones, qui demandaient simplement, la traduction des textes Ohada en anglais. Il refusera de les recevoir, privilégiant et justifiant plutôt leur brutalisation par les forces de l'ordre.

Les multiples grèves des Avocats, sont aussi dus à sa condescendance et du grand mépris qu'il a pour ce corps. C'est à peine s'il reçoit les Bâtonniers, préférant les renvoyer à son ministre délégué, reconnu sans pouvoirs. Et tous ces manquements sont tus par la presse et médias qu'on aurait l'impression qu'il contrôle à travers de petites mains et hommes de mains. Laurent Esso est aussi réputé pour ses fausses promesses, comme celles faites aux avocats lors de la rentrée solennelle du Barreau du Cameroun en 2018, lorsqu'il dira qu'il fera passer la nouvelle loi qui organisera la profession d'avocats repensée. Il a pris le texte de la réforme et a mis dans son tiroir, comme tous les autres textes portant réforme des autres professions juridiques et judiciaires : notaires, huissiers.

Il est temps, comme l'a fait le Gicam, que les Avocats manifestent contre ce ministre incompétent, qui détruit en particulier notre profession et la justice camerounaise en général.

Newsletter :
Déjà plus de 7000 inscrits !

Recevez chaque jour par email,
les actus Le Bled Parle à ne pas manquer !