Cameroun : La revue de presse du jeudi 19 août 2021

Très chers abonnés, heureux de vous savoir encore ici ce matin pour lire votre revue quotidienne de la presse. Comme tous les matins, retrouvez ci-après, l’essentiel des informations disponibles dans les kiosques au Cameroun. 

Les Unes en kiosque ce matin (c) Lebledparle.com

À sa grande Une, le journal bilingue d’État, Cameroon Tribune fait le bilan du sommet extraordinaire des chefs d’États de la CEMAC qu’a présidé hier, Paul Biya par visioconférence. « À l’ouverture et à la clôture du sommet extraordinaire virtuel qu’il a convoqué hier, le président en exercice, Paul Biya a particulièrement invité ses pairs à resserrer les rangs pour sortir la sous-région des turbulences causées par les crises économiques, sécuritaires et sanitaire qui restent une menace sérieuse pour le développement de la communauté », peut-on lire dans les pages spéciales du journal.

La redynamisation de la place boursière est l’une des recommandations sorties des travaux des chefs de l’État de la Cemac à Yaoundé, nous informe ce matin, l’Économie. Selon notre confrère, cette recommandation vise à mobiliser suffisamment l’épargne afin de financer les entreprises locales.

L’Anecdote en kiosque nous conduit dans les rangs du Rassemblement démocratique du peuple camerounais (RDPC) pour parler de l’opération de renouvèlement des organes de base de cette formation politique. Avec le journal de Nsam, l’on apprend que les candidatures de la base militante sont régulièrement snobées, le commandement traditionnel est mis à l’écart, au profit des protégés qui sont imposés depuis le comité central. « Le refus de l’application des directives du président national du parti constitue un cocktail explosif alimenté par des frustrations internes », écrit le journal d’Amougou Belinga.

Le Messager vole au secours d’Émile Fidieck, directeur de publication du journal EcoMatin, qui a été trainé en justice par un homme d’affaires indien. Le tabloïde de feu Pius Njawé indique que le journaliste est « traqué pour avoir dénoncé les pratiques déshumanisantes de certains employés », de cet homme d’affaires au Cameroun.

Le patron de Congelcam, Sylvestre Ngouchingué et le ministre du Commerce, Luc Magloire Mbarga Atangana s’étripent. En effet, raconte Mutations en kiosque, le ministre du Commerce a posé des scellés sur certaines poissonneries Congelcam à Yaoundé pour « augmentation illicite des prix ». De son coté, le patron de l’entreprise crie à la « violation de la loi ».

Chers abonnés, c’est ici que prend fin cette revue ce matin. Merci d’avoir été des nôtres une fois de plus. À demain…

Newsletter :
Déjà plus de 7000 inscrits !

Recevez chaque jour par email,
les actus Le Bled Parle à ne pas manquer !