Boris Bertolt : « Paul Biya a toujours gouverné par le silence, la distance et le mépris »

François Louceny  Fall  représentant du secrétaire général des Nations Unies pour l’Afrique Centrale, a été reçu en audience par Paul Biya le mercredi 13 mai 2020 au palais de l’unité. Les échanges ont porté entre autres sur la pandémie du Covid-19, la situation sécuritaire au pays.

François Louncény Fall et Paul Biya au palais de l'unité - DR

L’audience de ce jour intervient presque un mois après l’audience avec Christophe Guilhou. Beaucoup de camerounais se sont interrogés sur l’absence, le silence de Paul Biya pendant cet intervalle et bien avant. Sur Facebook, le journaliste et activiste politique donne une explication à cette façon de gouverner.

« Je vous l’ai dit depuis, Paul Biya est en vie. Soyez moins intolérants et apprenez, écoutez ceux qui connaissent des choses que vous ne connaissez pas. Soyez humbles. Paul Biya a toujours gouverné par le silence, la distance et le mépris », écrit-il.

Lebledparle.com vous propose l’intégralité de la tribune.

Il Faut Apprendre À Connaître Biya Pour Résister

Voici une photo de La rencontre entre François Louceny Fall, représentant Afrique Centrale du SG de l’ONU et Paul Biya.

Je vous l’ai dit depuis, Paul Biya est en vie. Soyez moins intolérants et apprenez, écoutez ceux qui connaissent des choses que vous ne connaissez pas. Soyez humbles. Paul Biya a toujours gouverné par le silence, la distance et le mépris.

Vous avez oublié qu’après l’accident d’Eseka près de 200 morts il était couché carrément en Suisse et est retourné au Cameroun une semaine après parce que ses collègues se sont indignés.

Il est rentré au Cameroun il ne s’est même pas adressé à la nation comme les vrais chefs d’Etat le font en temps de catastrophe. Il ne s’est même pas rendu sur le site de l’accident pour témoigner sa compassion. Rien. Et ceci n’est qu’un exemple.

Vous faites comme si vous découvrez Paul Biya. Ça fait 60 ans qu’il est dans l’administration camerounaise et près de 40 ans de pouvoir suprême à la tête de l’Etat. Il faut être fin face à un tel adversaire et commettre le minimum de fautes.

Quand vous battez contre quelqu’un il faut analyser son comportement, il faut prévoir, anticiper. Biya est un homme froid, cynique. Un Machiavel au sens propre du terme. Même avec 1000 morts du Coronavirus, Paul Biya peut ne pas parler et rester cantonné dans son palais. Le mépris pour la vie des autres est chez lui un outil de discipline de la société.

Certains traitent les gens de traîtres, satan, ennemi de résistance (une résistance dont ils ne savent même pas comment on a fabriqué leurs imaginaires et leurs émotions) et autres simplement parce qu’ils sont ignorants et refusent d’apprendre des erreurs. L’agitation n’est pas signe de vitalité et la répétition d’un mensonge n’en fait pas une vérité.

Il faut apprendre à connaître l’adversaire, Biya.

Boris Bertolt

 

                                                                     

Newsletter :
Déjà plus de 6000 inscrits !

Recevez chaque jour par email,
les actus Le Bled Parle à ne pas manquer !



abonnement gratuit lebledparleX

Abonnement Newsletter