in

William Bayiha : « André Onana est un bon gardien, mais pas un grand gardien »

Le journaliste William Bayiha dans une publication sur Facebook le mercredi 25 octobre, évoque la comparaison entre différents gardiens de but du Cameroun, en mettant l’accent sur l’importance des titres pour qu’un gardien soit considéré comme un « grand gardien » dans l’histoire du football. Cette sortie reflète sa perception de l’importance des titres et des réalisations majeures dans l’évaluation du statut d’un gardien de but dans le football camerounais. Lebledparle.com vous propose le texte intégral.

Onana Andre MU

Je Dois Me Souvenir De « Tigre » Pour Raison Faire Entendre

Même avec sa médaille d’or aux Jeux africains d’Abuja en 2003, Amour Patrick Tignyemb est au-dessus d’un gardien sans titre au Cameroun.

Dieu sait que Tigre était très fort sur sa ligne… Mais avec juste un titre anecdotique, son souvenir ne demeure que dans l’esprit des connaisseurs qui sont ceux qui, par définition, connaissent.

Ce qui fait un grand athlète ce sont les titres, car si ce n’était que les parades noor, Bassey William Andem serait le plus grand gardien du monde. Or il reste dans l’histoire du football camerounais comme un « gardien calendrier » qui faisait des arrêts inutiles et prenait des buts criminels.

Pour approfondir :   Hervé Emmanuel Nkom : « il faut que Paul Biya donne plus de considération pour les investisseurs»

Et ce malgré son titre de champion du Portugal en 2001.

André Onana est un bon gardien, mais pour être un grand gardien i.e. un gardien qui reste dans l’histoire, il faut des titres. Sinon, il sera une sorte de William Andem de luxe. Peut-être !

Un sort auquel a déjà échappé Fabrice Ondoa puisqu’il est déjà un grand gardien à qui la nation a témoigné sa reconnaissance (chevalier de l’ordre de la valeur). Il a remporté une CAN quasiment à lui tout seul.

Pour approfondir :   « J’ai mon attestation de prise de service, mon attestation de congés et j’irai à Bamenda si rien n’a évolué », a démenti Joseph René Mboutou Zé 

On souhaite à notre André Onana le meilleur, en commençant par la CAN prochaine. Mais il faudrait d’abord que les Hiboux nous « pardonnent » avec leurs hululements d’hurluberlus.

Ne me voyez pas là, je suivais religieusement le football camerounais il y a quelques années. Ah bon !

 


Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Eric Essono Tsimi

Eric Essono Tsimi : « Au Cameroun depuis cinq décennies seuls les morts ont connu l’alternance »

Evariste Fopoussi Fotso

Climat des affaires au Cameroun : décorations scandaleuses, bal masque des magistrats, le mal vient du cœur du pouvoir