Jean De Dieu Momo continue de défendre Martin Camus Mimb

Alors que des artistes et hommes des médias qui ont défendu Martin Camus Mimb au début de la révélation de la sextape le jeudi 17 juin 2021, se désolidarisent du commentateur sportif, Jean De Dieu Momo continue à défendre le journaliste, à travers une tribune publiée le lundi 21 juin 2021.

Jean De Dieu Momo et Martin Camus Mimb - DR

Dans sa tribune, l’Avocat condamne d’abord la publication des photos de la jeune Malicka Bayemi sur la toile et souhaite que les auteurs soient poursuivis. « Mettons ceci au clair: je condamne avec la dernière énergie la ou les personnes de la race ordurière qui ont publié dans les réseaux sociaux les photos nues d'une jeune fille à peine puberte. Un geste aussi abject ne saurait rester impuni et je suis engagé à militer pour qu’il soit sévèrement châtié. Par ailleurs je suis contre toutes les perversions sexuelles in solo ou en groupe de partouzes. Et nous devons veiller à ce que nos filles soient protégées de la congrégation de tous les prédateurs sexuels réunis. De même que nous devons donner la chasse à ces prédateurs jusqu’à leurs derniers retranchements », écrit le président du Paddec.

Il continue de penser qu’il s’agit d’une cabale contre le promoteur de la Radio sport infos (RSI) et soupçonne les talibans cybernétiques. « Ceci étant dit la fatwa générale lancée contre Martin Camus Mimb Privé me surprend d'autant plus qu’on ne me lit pas clairement son acte d’accusation en soulignant son rôle actif ou passif dans cette affaire. Pire on passe sous silence de manière discriminatoire et inexplicable un cas similaire plus grave encore en vigueur dans l'actualité cybernétique talibane », précise le ministre délégué auprès du ministre de la justice garde des sceaux.

« Le crime de Martin est donc en définitive d'avoir osé prétendre à l'amour en se prenant pour l’égal d’un être humain et dans le cas qui nous concerne on ergote en ricanant sur sa prétention à vouloir aussi entretenir une relation sexuelle comme nous autres gens normaux.  On rit sous cape de le voir sourire tenant à peine sur ses frêles jambes d’handicapé une belle fille serrée contre lui et cette seule image de la belle et la bête suffit pour faire Haro sur le baudet et persifler sur sa personne toute sorte d’ignominies infamantes. On tient le coupable de tous les péchés d’Israël commis sur la gent féminine avant et après Jésus Christ. C’est Martin! Cet âne  bâté qui ose brouter de la largeur de sa maudite langue pendue l’herbe fraîche de l’innocence aux seins agressifs et à la culotte invisible sous la robette rose couleur-amour », ajoute le Mindel Minjustice.

Newsletter :
Déjà plus de 7000 inscrits !

Recevez chaque jour par email,
les actus Le Bled Parle à ne pas manquer !