in

Depuis la prison, Sisiku Ayuk Tabe réaffirme sa position radicale sur la sécession

Ayuko

Depuis son incarcération à la prison centrale de Kondengui à Yaoundé, Julius Sisiku Ayuk Tabe n’a pas renoncé à sa position radicale sur la forme de l’Etat au Cameroun.

Ayuko
Sisiku AyukTabe (c) Droits réservés

La sécession ou rien ! C’est le combat qu’Ayuk Tabe n’a jamais lâché malgré qu’il se trouve en prison depuis bientôt deux ans. « Nous devons faire ce que nous avons à faire aujourd’hui ; nous ferons et nous devons en tant qu’ambazoniens, afin que nos enfants puissent faire demain ce qu’ils veulent faire », a-t-il écrit le 7 juillet sur twitter.

{source}<blockquote class=”twitter-tweet”><p lang=”en” dir=”ltr”>We have to do what we&#39;ve got to do today; we will and we must as Ambazonians, so our children will be able to do tomorrow that which they want to do. <a href=”https://t.co/dRQcV72P0i”>pic.twitter.com/dRQcV72P0i</a></p>&mdash; Sisiku AyukTabe Julius -Official (@sisiku_ayuktabe) <a href=”https://twitter.com/sisiku_ayuktabe/status/1412720916027609091?ref_src=twsrc%5Etfw”>July 7, 2021</a></blockquote> <script async src=”https://platform.twitter.com/widgets.js” charset=”utf-8″></script>{/source}

Le leader incontesté de la crise anglophone ne cache pas la vision qu’il a du pays qu’il a déjà divisé dans son imaginaire : « La douleur de l’expérience du peuple de l’ancien Cameroun méridional britannique maintenant connu sous le nom d’Ambazonie, à travers de nombreuses décennies d’oppression et d’assujettissement, est réelle et très profonde. Le bien chez la plupart des gens l’emporte sur le mal en eux », poursuit-il.

{source}<blockquote class=”twitter-tweet”><p lang=”en” dir=”ltr”>The pain of the experience of the people of the former British Southern Cameroons now known as Ambazonia, through many decades of oppression and subjugation is real and very deep. The good in most people outweighs the evil in them. <a href=”https://t.co/Ri7XdiKRcj”>pic.twitter.com/Ri7XdiKRcj</a></p>&mdash; Sisiku AyukTabe Julius -Official (@sisiku_ayuktabe) <a href=”https://twitter.com/sisiku_ayuktabe/status/1413012216371204098?ref_src=twsrc%5Etfw”>July 8, 2021</a></blockquote> <script async src=”https://platform.twitter.com/widgets.js” charset=”utf-8″></script>{/source}

A titre de rappel, le 20 août 2019, le Tribunal militaire de Yaoundé condamne Ayuk Tabe et neuf autres de ses partisans à la réclusion criminelle à perpétuité.

Ces derniers sont arrêtés au Nigeria puis extradés au Cameroun, en janvier 2020 avant d’être condamnés à la prison à vie et à une amende record de 250 milliards de FCFA.

{module Sur le même sujet }

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Zumor

L’ex-président sud-africain Jacob Zuma en prison !

Komkana

La jeune dame déshabillée de force à Yaoundé porte plainte