in

Crise anglophone : Le préfet du Boyo dans le Nord-Ouest en guerre contre les villes mortes

Boyor

Il s’est exprimé sur la question au cours d’une réunion qu’il a récemment présidée à Fundong.

Boyor
 Fidel Tegni (c) Droits réservés

« Nous devons travailler très dur. Les villes mortes et les blocages affectent vraiment les progrès de la division », a déclaré le préfet du Boyo, Fidel Tegni.

En effet, le phénomène de villes mortes est régulièrement imposé par les combattants séparatistes aux citoyens. Cette décision des hommes armés, il faut le noter, impacte négativement les activités économiques et engendre la famine dans les foyers.  Le 15 septembre dernier, une faction de « l’Ambazonie » a lancé un confinement de 15 jours. Cependant, une autre s’y était opposée, consciente des conséquences négatives sur la population. Mais les habitants quant à eux, n’ont pas d’autres choix que de s’aligner par peur de d’intimidation et de répression.

C’est un phénomène qui doit finir. C’est en tous cas, l’engament pris par l’autorité administrative
« Notre objectif est donc de réprimer ces prescriptions illégales car si nous continuons, ce sera un suicide économique et l’administration Boyo ne peut pas l’accepter », a déclaré Fidel Tegni tout en appelant ses collaborateurs et les peuples autochtones de la région à mettre tout leur poids dans les efforts pour le rétablissement de la paix dans son territoire de commandement.

 

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

beman

Développement local : Les conseillers de Bamenda II approuvent les indemnités du maire et des députés

Le Préfet du Mfoundi annonce une opération coup de poing pour traquer les brebis galeuses dans le secteur des mototaxis