in

Assassinat de Martinez Zogo : Réaction croisée de Christophe Bobiokono, Banda Kani et Paul Mahel sur 7 Hebdo

Les deux journalistes et l’homme politique ont été les invités du programme de débat 7 Hebdo sur STV du dimanche 29 janvier 2023. Ils ont donné leur point de vue sur l’assassinat de Martinez Zogo, Chef de chaine d’Amplitude FM, dont le corps a été retrouvé, le dimanche 22 janvier 2023, après sa disparition le 17 du même mois. Lebledparle.com vous propose les réactions croisées des trois panélistes.

Zogo hommage

La sortie ‘’regrettable’’ du CNC

Dans un communiqué publié le 23 janvier 2023, le Conseil national de la communication (CNC) a adressé ses condoléances à la famille de Martinez Zogo et aux professionnels des médias en les invitant à faire preuve de pondération dans l’attente des résultats de l’enquête ouverte par les autorités compétentes. Christophe Bobiokono dans 7 Hebdo sur STV a trouvé cette sortie regrettable.  « Le CNC est là pour assurer la régulation des médias, et non pour leur donner une orientation politique. J’ai trouvé regrettable cette sortie du CNC », pense le directeur de publication du journal du monde judiciaire, l’hebdomadaire ‘’Kalara’’.

La criminalisation de l’Etat

L’homme politique Banda Kani, voit plutôt la criminalisation de l’Etat à travers l’assassinat du présentateur d’embouteillage. « Notre État se criminalise. D’ailleurs il est né dans le cri.me. Ça remonte à très longtemps. Ceux qui ont tué Martinez ce ne sont pas des journalistes, ce sont des professionnels, et quand un professionnel fait un travail, il s’arrange à le finir », déclare le président du NMP dans 7 Hebdo sur STV.

Pour approfondir :   Vincent De Paul Atangana, Alain Dexter, J. Rémy Ngono...pleurent Robert Charles Itok

L’efficacité du renseignement

Toujours au sujet du décès de Martinez Zogo, Paul Mahel dans 7Hebdo sur STV interroge le travail des services du renseignement qu’on dit pourtant performant. « On dit souvent que les services secrets du Cameroun sont parmi les plus performants en Afrique. Que ça ne se limite pas seulement à savoir « qui couche avec qui ? » Ou « qui boit la bière où ? ». C’est aussi dans cette affaire qu’ils doivent le prouver », déclare le journaliste.

Pour approfondir :   Médias : Un directeur de la l’office de radio et télé limogé pour promotion de l’homosexualité

 


Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Rebecca Enonchong

Rebecca Enonchong s’indigne de l’arrestation de 5 jeunes pour défaut de CNI

hommage zogo

Pierre Boutry : « Le Cameroun du clan Biya et de ses affidés est une dictature qui broie les libertés fondamentales »