in ,

Banda Kani : « le MRC n’est pas un parti politique, mais une chefferie »

Le président du Nouveau Mouvement Populaire (NMP) exprime son désaccord concernant l’exclusion de certains membres du parti Mouvement pour la Renaissance du Cameroun (MRC).

Banda Kani

Selon Banda Kani, les camarades du MRC qui ont subi les mêmes souffrances ensemble, notamment Me Ndoki et Me Tamfu, ne devraient pas être exclus pour avoir annoncé leur candidature à la présidence du parti.  Lors de la dernière édition du programme « 7Hebdo » sur STV, le président du NMP dénonce cette décision d’exclusion prise à l’encontre de certains membres du MRC. Il estime que ces camarades ont traversé des épreuves similaires avec le leader du parti, Maurice Kamto, et qu’il serait injuste de les exclure pour avoir manifesté leur volonté de briguer la présidence du parti.

Le MRC qui s’était classé deuxième lors des élections présidentielles de 2018 au Cameroun, traverse actuellement une période trouble avec l’exclusion de plusieurs cadres. Ces exclusions font suite à leur volonté de contester la direction de Maurice Kamto au sein du parti. Me Tamfu et Me Ndoki font partie des cadres récemment évincés du MRC, comme rapporté par le site Lebledparle.com.

Pour approfondir :   L'ex-international ivoirien Yaya Touré est désormais le sélectionneur adjoint de l’équipe saoudienne de football

Le dialogue doit primer sur l’exclusion

Le président du NMP souligne ainsi l’importance de la cohésion et de l’inclusion au sein du parti politique. Selon lui, plutôt que d’opter pour l’exclusion, le MRC devrait favoriser le dialogue et la diversité des opinions au sein de ses rangs. Il plaide en faveur d’un parti ouvert où les membres peuvent exprimer leurs ambitions politiques tout en préservant l’unité et la solidarité.

La situation du MRC met en évidence les défis internes auxquels sont confrontés certains partis politiques, où des divergences d’opinions peuvent conduire à des tensions et à des exclusions.  Le président du NMP souligne l’importance de préserver l’engagement collectif de tous les membres du parti. Pour ce dernier, la démocratie interne, la tolérance politique et le respect des diversités idéologiques peuvent contribuer à renforcer la solidité et la durabilité d’un parti politique dans la poursuite de ses idéaux et de ses projets pour le bien-être du pays et de ses citoyens.

Pour approfondir :   Arthur Avom : le jeune prodige camerounais qui a crevé l’écran aux Jeux de la Francophone

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Song Alex 1

Alexandre Song dénonce à son tour la mise à l’écart d’André Onana de l’équipe nationale camerounaise

Avom JF

Arthur Avom : le jeune prodige camerounais qui a crevé l’écran aux Jeux de la Francophone