in

René Sadi attire l’attention des médias sur le traitement de l’affaire Martinez Zogo

Le ministre camerounais de la communication met en exergue le code pénal pour faire taire la presse, dans l’affaire Martinez Zogo, comme l’a noté Lebledparle.com.

Sadi rene

Dans un autre communiqué de presse aujourd’hui, René Emmanuel Sadi a invoqué les articles 102, 169 et 170 du code pénal du pays qui expose quiconque rapporte ou commente un procès en cours à des charges et à des peines.

Cela arrive alors que d’innombrables organisations de médias continuent de donner quotidiennement des derniers rapports sur le développement alors qu’un comité mixte de gendarmes et de police enquête sur l’assassinat il y a 6 semaines du journaliste camerounais de 51 ans.

Le communiqué du Mincom indique également que ces rappels concernent également les autres affaires pendantes en justice au Cameroun.

Bien plus, ces restrictions ne concernent pas seulement les médias, mais aussi le gouvernement ou toute autre organisation qui s’intéresse à l’affaire de l’assassinat de Martinez Zogo, Chef de chaine Amplitude Fm, note Lebledparle.com dans le communiqué.

Pour approfondir :   Alphonse Ateba Ndoumou : « Amogou Belinga ne peut être présenté comme le mouton noir du journalisme camerounais »

La «poursuite sereine des enquêtes prescrites» par Paul Biya

Les enquêtes prescrites par le président Paul Biya sur l’assassinat du journaliste Martinez Zogo se poursuivent avec sérénité. « Le Gouvernement de la République exhorte l’opinion publique davantage de mesure et de responsabilité, et entend réitérer ici, une fois de plus, sa détermination a tout mettre en œuvre, pour la poursuite sereine des enquêtes prescrites par le Chef de L’Etat sur l’assassinat de Monsieur Martinez 2000, et dont les résultats seront connus en temps opportun », a assuré le porte-parole du gouvernement camerounais.

Pour approfondir :   Joseph Emmanuel Ateba : « Il est impossible de prétendre aimer le Cameroun et être tribaliste »

Mincom 1

Mincom 2

 

 

 


Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Guibai Gatama

Cameroun : Guibaï Gatama envisage une rotation du pouvoir entre le Sud et le Nord comme au Nigéria

Biya Paul message jeunesse 2023

Armand Noutack : « Si Paul Biya était parti en 2011, l’histoire lui aurait épargné sa responsabilité dans la crise anglophone »