in

Armand Noutack : « Si Paul Biya était parti en 2011, l’histoire lui aurait épargné sa responsabilité dans la crise anglophone »

A 70 ans, Bola Tinubu, l’ancien gouverneur de Lagos, surnommé « le parrain » à cause de son immense influence politique, accède à la plus haute marche du pouvoir. Pendant quatre ans, il aura la lourde tâche de redresser le pays plombé par une économie en berne et les violences de groupes armés. Dans une publication sur Facebook, le mercredi 1er mars 2023, Armand Noutack, militant du MRC, tire les conséquences de ces élections pour le Cameroun.

Biya Paul message jeunesse 2023

Lebledparle.com vous propose le texte intégral

Ahmed Bola, ancien gouverneur de Lagos, nouveau président de la République du Nigeria.

Après 8 années passées au sommet de l’État, alors même que ses réalisations continuaient à maintenir sa cote de popularité au top, Buhari a choisi de respecter la constitution et de se retirer.

Deux mandats, pas plus.

Ceux qui de près ou de loin ont encouragé le président Paul Biya à modifier la constitution en 2008 ne l’ont pas du tout aidé (certains sont dans l’opposition aujourd’hui) …

Le fils de Mvomeka’a aurait pu entrer dans l’histoire par la grande porte, au lieu de cela ses ministres et la minorité qui mangent l’ont poussé au « sui cide »… Aujourd’hui le pays est en lambeaux, la lutte des clans fait rage, le Cameroun est au bord d’une terrible déchirure.

Si le président Paul Biya était parti en 2011 par respect de la constitution du 18 janvier 1996, l’histoire lui aurait au moins épargné sa responsabilité dans la crise anglophone, et c’est pas rien.

De 1982 à aujourd’hui, le président Biya a vu se succéder chez notre voisin direct à l’Ouest 11 présidents de la République et à cette allure il risque de voir même le 12ème :

Pour approfondir :   Crise anglophone : « Joseph Dion Ngute est finalement l’homme de la situation » (Opinion)

1_ Shehu Shagari , 1983

2_ Muhammadu Buhari , 1985 ( il reviendra plus tard)

3_ Ibrahim Babangida, 1993

4_ Ernest Shonekan , 1993

5_ Sani Abacha , 1993

6_ Abdulsalami Abubakar , 1998

7_ Olesegun Obasanjo, 1999

8_ Umaru Yar’Adua ,2007

9_ Goodluck Jonathan, 2010

10 _ Muhammadu Buhari, de retour en 2015

11_ et aujourd’hui, Ahmed Bola Tinubu …

Le président Paul Biya aurait pu entrer dans l’histoire en 2011, il serait aujourd’hui un patriarche respecté et consulté partout dans le monde (comme son collègue Olesegun Obasanjo), de 2011 à aujourd’hui il aurait multiplié les conférences dans le monde entier,

Hélas, l’histoire ne s’écrit pas au conditionnel.

Âgé de 90 ans officiellement, le fils de Mvomeka’a doit désormais faire face à une féroce bataille des clans autour de lui et trouver si possible une piste pour une « sortie honorable » , en dépit de son âge très avancé et de ses capacités physiques très réduites,  le deuxième président de la République du Cameroun depuis 1960 a la lourde charge d’organiser sa « succession/transition » , pour ne pas laisser dans le chaos total et absolu un pays que le président Ahidjo lui a gracieusement remis, sans le moindre effort de sa part en 1982 .

Pour approfondir :   Achille Leudjo (Sdf) : « Elimbi Lobe n’est pas un opposant, c’est un militant du Rdpc »  

Son Excellence Ahmed Bola Tinubu, sincères félicitations à vous et plein succès pour votre mandat.

Félicitations également à votre prédécesseur Muhammadu Buhari qui, en 8 ans a complètement changé le visage du Nigeria, je salue surtout ses immenses efforts réalisés sur le terrain pour rendre la première puissance économique africaine (Nigeria) autonome sur le plan alimentaire.

Voilà l’exemple à suivre, Loin, très loin des « ayop ayop » …

Soyons le changement que nous voulons,

Les camerounais doivent se parler et ils se parleront.

Maintenant, nous attendons la lettre de félicitations du président Paul Biya à son 11ème  homologue Nigérian.

 


Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Sadi rene

René Sadi attire l’attention des médias sur le traitement de l’affaire Martinez Zogo

Chouta Paul b

Assassinat de Martinez Zogo : Paul Chouta adresse une lettre ouverte à René Emmanuel Sadi