in

Cameroun : Guibaï Gatama envisage une rotation du pouvoir entre le Sud et le Nord comme au Nigéria

Le directeur de publication du journal L’Oeil du Sahel, s’est exprimé à la suite des résultats des élections présidentielles au Nigeria, comme l’a noté Lebledparle.com.

Guibai Gatama

Le candidat du parti au pouvoir au Nigeria, Bola Tinubu, a remporté mercredi l’élection présidentielle dans le pays le plus peuplé d’Afrique, selon les résultats officiels proclamés par la Commission électorale nationale (Inec).

Le politicien vétéran de 70 ans a obtenu 37% des voix, selon les résultats officiels. Son principal rival Atiku Abubakar a obtenu 29% et Peter Obi du Parti travailliste 25%. M. Tinubu est l’un des politiciens les plus riches du Nigeria et a basé sa campagne sur son bilan de reconstruction de la plus grande ville, Lagos, lorsqu’il était gouverneur.

« Le pouvoir à un Nordiste ensuite à un Sudiste, puis à un Nordiste et ensuite à un Sudiste n’a pas tué le pays »

Il succèdera au président Muhammadu Buhari, 80 ans. Après 8 années, le pouvoir repart au Sud. Cette rotation entre les aires géographiques de ce pays qui est désormais une tradition, même si cela n’est pas inscrit dans la constitution rend visiblement heureux Guibai Gatama, originaire du Nord du Cameroun, qui envisage un même scénario au Cameroun. C’est d’ailleurs le sens de son activisme politique.

Pour approfondir :   Cameroun : Jean Pierre Amougou Belinga s’est-il débarrassé d’Ernest Obama ?

« J’aime bien le ping-pong du pouvoir au Nigeria : le pouvoir à un Nordiste, ensuite à un Sudiste, puis à un Nordiste et ensuite à un Sudiste… Cela n’a pas « tué » le pays si l’on s’en tient à sa puissance économique. Je suis persuadé que le Cameroun est sur cette belle voie. Hier, Ahmadou Ahidjo, aujourd’hui Paul Biya; demain », écrit le Coordonnateur du mouvement 10 millions de nordistes.

Pour rappel, le candidat du parti au pouvoir, Bola Tinubu, a été déclaré vainqueur de l’élection présidentielle contestée au Nigeria. Les partis de l’opposition avaient auparavant rejeté le scrutin comme une imposture et exigé une reprise.

Pour approfondir :   Cameroun : La Francophonie veut s’impliquer dans la résolution des crises sécuritaires

 

 


Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Minfop Minesec PADESCE

Développement de l’enseignement secondaire : Le PADESCE tient son premier comité de pilotage

Sadi rene

René Sadi attire l’attention des médias sur le traitement de l’affaire Martinez Zogo