in

Owona Nguini : « Le projet de jeu de Rigobert Song et de son staff commence à se dégager »

Dans un texte publié sur sa page Facebook, Mathias Eric Owona Nguini, spécialiste en histoire et la sociologie du sport ou la géopolitique du sport fait une analyse prospective du projet de jeu du Manager Sélectionneur Rigobert Song Bahanag pour les lions indomptables. L’avenir est prometteur pense l’universitaire et précise ce qu’il faut faire pour atteindre cet objectif. Lebledparle.com vous propose le texte intégral.

Bahanag Song

Le projet de jeu des lions indomptables se dégage lentement mais encore laborieusement.

Le projet de jeu de Rigobert Song (manager général) et de son staff commence à se dégager. Il essaie de s’ajuster aux ressources disponibles ainsi qu’aux inclinations dominantes du jeu camerounais (engagement, base athlétique, confiance et solidarité collectives).

1- un gardien de très haut niveau avec des doublures relevées. Cet objectif est difficile à réaliser à cause de l’esprit d’Onana. Gardien le plus compétitif, celui-ci ne met pas le même sérieux qu’il a en club dans l’équipe nationale et se croit au- dessus du staff. Son attitude a pesé sur le staff, conduisant celui-ci à éliminer parmi ses doublures Fabrice Ondoa, qui a pourtant le niveau pour l’être, ayant déjà été gardien principal dans des campagnes victorieuses. Epassy est un bon  gardien, sérieux mais il n’est pas exceptionnel. Simon Omossola a un potentiel intéressant pour être parmi le quatuor déterminant ou le trio décisif si Onana persiste dans son attitude hautaine.

2- une défense centrale mêlant intelligence et puissance. La défense centrale camerounaise est dans une position forte quand il y a un partage de rôle entre un stabilisateur / relanceur et un briseur/ casseur. Le duo Song- Kalla en est une expression forte. Il faut trouver un nouveau stabilisateur (Ebosse  ou Castelletto)   et un nouveau briseur (Wooh ou Moukoudi).

3- des défenseurs latéraux complets.   le football moderne exige des défenseurs de couloir non seulement capables de bloquer par leur vitesse ,leur hargne et leur explosivité les offensives latérales adverses, mais aussi capables de relayer les milieux de couloir( pour la récupération)  ou les attaquants de couloir( pour les dédoublements, débordements et centres ,voire les transversales. Fai est encore actif mais il faut préparer la relève avec Malcom Bokele Mputu et Enzo Tchato Mbiayi. À gauche Nouhou n’est pas assez complet, pouvant être reconfiguré en défenseur central briseur. Ebosse peut le faire avec aisance car il cumule qualités offensives et défensives. Darling Yongwa peut aussi être envisagé.

Pour approfondir :   Rigobert Song : « Je suis satisfait mais je continue d'apprendre et de découvrir »

4- un entrejeu à la palette variée. Le Cameroun est riche en milieux de récupération et d’abattage, » porteurs d’eau » et  » maçons » mais pauvres en métronomes. Or, il faut à tout prix un métronome. Olivier Kemen semble pouvoir le faire à condition qu’il soit en confiance et qu’Andre Zambo Anguissa accepte définitivement un rôle de relayeur. Jean Onana  ou Olivier Ntcham pouvant alors jouer le rôle de libéro du milieu. Ce milieu doit savoir combiner pressing agressif, qualité de la relance, maîtrise offensive et défensive de la reliance entre les compartiments. Son métronome doit assumer une capacité à porter le jeu vers l’avant en s’appuyant sur un défenseur central relanceur et un libéro du milieu de terrain tourné vers l’avant.

Pour approfondir :   Raoul Christophe Bia se confie sur son départ de Vision 4 : « J’ai été menacé de rentrer au Cameroun quand j’étais en Côte d’Ivoire »

5- une attaque à la fois puissante et percutante.  Les attaquants du Cameroun doivent être audacieux. En dehors d’Aboubakar, ils ne le sont pas. De ce point de vue, Toko et Mbeumo en particulier doivent développer cette audace. Cela est aussi valable pour Nkoudou qui doit absolument revenir et Ngom Mbekeli. Au centre, il est possible de choisir que Choupo Moting et Aboubakar se relaient au centre ou puissent éventuellement jouer ensemble si on passe du 4-3-3 au 4-4-2 pour des raisons tactiques. Ganago et Nsame  puis Bahoken doivent être des doublures prêtes à prendre le relais.

P.S la rigueur collective à imposer : rigueur dans le positionnement défensif sur balle arrêtée ou en cours de jeu, rigueur dans le pressing, rigueur dans la circulation de la balle, rigueur offensive basée sur la variation des actes d’attaque (attaques placées ; contre-attaques fulgurantes; dédoublements ; débordements ; jeux en une-deux ; infiltrations et pénétrations).


Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Tchoumi Decca

Auréole Tchoumi : « La BAS est un groupe terroriste qu’il faut combattre avec la dernière énergie »

Francis Ngannou Havard

[Point de vue] Copiez, au lieu de vous moquer de Ngannou !