in

Michel Ngatchou : « j’ai été témoin du calvaire de Jean Paul Choun Nyat avec Biamou Djeya »

Dans une mise au point publié le jeudi 16 novembre 2023, Michel Ngatchou, journaliste et animateur continue d’apporter son soutien à son ex-collègue Jean Paul Choun Nyat, par rapports aux déboires vécus avec son ancien employeur. Lebledparle.com vous propose l’intégralité de la mise au point.

Choun Ngatchou

Petite mise au point!

Chers camerounais, je sais que les méthodes engagées ces jours suite au soutien inconditionnel à mon frère, confrère, ex-collègue Jean Paul Choun Nyat vous agacent énormément. Je suis têtu je sais. Très têtu !

Désolé, ne soyez pas agacés voir exaspérés. Je vais continuer à partager les propos de ceux qui comprennent que dans ce pays, un journaliste reste les yeux et les oreilles du peuple, du public et du grand public.

Que ce peuple se doit de le respecter quand il prend des coups dans l’exercice de ses fonctions. Le cas Jean paul Chou Nyat me touche et me sidère au plus haut point parce que j’ai été proche et témoin de son calvaire avec Biamou Djeya sans vous donner les détails des menaces qu’il a eues après le fameux papiers sur la tour d’aluminium de Mballa II, plume qui a sauvé l’entité média de la fermeture qui était déjà actée par les tenants du pouvoir en place.

Je sais que mes amis de lutte pour la libération du Cameroun dont j’ai une particulière affection sont inquiets parce que le médium indexé qui garde un fou dans son top management leur donne une fibre de liberté d’expression tellement le système est barbare, sauvage et cadenassé pour eux qu’ils doivent me sacrifier pour sauver la tour.

Soyez tranquilles et sans crainte, je ne connais pas l’odeur de la sardine et je n’en veux pas. Je mange de mes efforts, je travaille et je me contente de ce que DIEU me donne.

Dans mes live Facebook, j’ai toujours pris fait et cause pour le faible y compris en dans le champ politique et je n’ai pas changé, je ne vous trahirais point. Croyez-moi !

Le combat contre l’injustice ne doit pas être à géométrie variable pire lorsqu’il s’agit d’un journaliste, d’un enseignant ou tout autre personne d’un corps de métier quelconque, le nôtre est celui qui peint et promeut l’image du Cameroun et de son peuple via les canaux de communication classiques et modernes que nous disposons.

Insulter le journaliste parce qu’il pleure, parce que abusé, parce qu’humilié, j’ai lu des compatriotes pour beaucoup sans substance lui donner des cours de droit en lui interdisant de se plaindre ouvertement et me couvrant aussi de parjure parce que je lui apporte mon soutien.

Que ce soit clair, rien n’y changera.

Dans la mission régalienne du journalisme, il y a le volet éducation. Nous éduquons en dénonçant. Pas seulement quand les actes sont posés par nos gouvernants même nos proches, nos aînés, nos parents preuve d’impartialité absolue.

Le but : corriger les mentalités et bâtir une société juste pour tous.

On ne peut pas au nom d’une folie humaine protéger un bourreau et laisser sur le bas-côté la victime. C’est impossible dans un État de droit et que ce soit les citoyens qui en soient auteurs de cette forfaiture et d’une fatwa Comme ci ça ne suffisait, vous reniez ses efforts passés, ses œuvres réalisés clamant en grand caractère d’écriture que Facebook n’est pas un tribunal. Incroyable ! Qu’a-t-on fait aux cerveaux de mon peuple ?

Ceux qui prennent des pages dans la presse écrite, cybernétique, se plaignent dans nos radios et nos JT sont-ils au tribunal ?

Savez-vous que votre méchanceté poussent les compatriotes qui n’avaient jamais rêver sardine à vouloir s’y jeter par simple vengeance ?

Pour approfondir :   Affaire Martinez Zogo : Le cas de Bruno Bidjang préoccupe Vincent Sosthène Fouda

Le combat pour le Cameroun que nous voulons ne se fera jamais dans l’indifférence voir l’indignation sélective.

Le cas de Jean Paul Chou Nyat est aussi ton cas cher compatriote du Nord, du Sud, de L’Est, de l’Ouest.

Je refuse de nuancer les propos ici, je continue de dire que même si la famille de Biamou le tient captif de sa position, il est le problème de notre chaîne du peuple.

C’est lui la varicelle, la plaie, la rougeole et le Sida là-bas, l‘homme qui tue les carrières et empêchent les journalistes de vivre heureux malgré le petit peu qu’on leur donne. Humilie hommes et femmes, gère avec ses humeurs Je l’ai vu faire, je connais ses méthodes et ses nombreux comptes fake sur Facebook. Mes anciens Collègues ne m’ont pas donné ici mandat de vous raconter ce qu’ils ont traversé en ma présence même s’ils ont choisi de se taire pour certains mais je nomme volontiers ici Fopoussi et la fameuse affaire d’un éventuel recrutement à TV5 monde en 2019. Quand le même homme s’est rendu compte que l’ex-collègue avait postulé et que la chaîne voulait en savoir plus sur lui, pour le punir il fallut le retirer de 10-12 le zénith et de la matinale radio me l’imposant un mercredi soir alors que je réalisais le 20h de Noufele . Sans préparation, sans sujet, sans contact je me suis jeté et pendant 3 ans j’ai été couvert de trophées grâce à mon travail et vos nombreuses reconnaissances.

Contraint de signer des lettres devant le même homme pour jurer qu’il ne va jamais quitter la chaîne et m’a-t-il confié un jour que le même directeur l’avait enregistré sans son autorisation et cet enregistrement avait été placé entre les mains de ses recruteurs de TV5. Il est vivant je n’invente rien.

Vous voulez bien que je parle de moi, je vois ça, puis je vous rappeler que le même homme me fait recruter et je pars de Yaoundé en mai 2019, laissant femme et enfants pour bosser à Équinoxe parce que le pays est dur, pas de boulot, j’arrive à douala avec toutes les promesses faites, il n’a jamais honoré à un seul engagement et j´ai fait un an sans salaire percevant ce que la DAF appela Commodité De Locomotion 60 000 frs après les 6 premiers mois.

Mon arrivée était un calvaire j’ai passé une semaine dans un hôtel à AKWA à mes frais n’eut été l’aide de Patrick Hermano qui m’a permis d’aller vivre chez son frère durant des mois à Ndogpassi au lieu-dit Maître Fotso. Moi, tout un Chris Bobby partageais un lit d’une place avec le neveu d’Hermann. Grâce à une grande dame que je ne citerai pas ici, j’ai mangé durant des mois chez elle. (Je pleure quand j’écris).

Oui tout ça parce qu’on voulait travailler. Le pire c‘est que à cause de ce monsieur j’ai été obligé de rompre une relation de 5 ans parce que la distance étant un problème j’ai été un homme cocufié. Aujourd’hui encore je suis Incapable de voir mes garçons Emmanuel et Brandon il y’a deux ans. Je ne sais où sont mes enfants. Tout ça c’est Mbiamou!

Pour approfondir :   Défilé du 8 mars 2020 : Face à la rareté et le coût onéreux du tissu pagne, Marie Thérèse Abena Ondoa trouve une solution

Ayant compris le système, j’ai toujours fait un effort de briller par mon travail et tenant à distance le spécimen. Je vous épargne des menaces quand je mettais un costume. Je le voyais comme une peste.

Quand j’ai acheté une petite voiture yaris grâce à un ami et grand frère M. Ngassa qui me portait dans son véhicule un matin sous une pluie alors que j’allais à la télévision, mouillé, il me dit: « comment parles-tu à des millions de personnes et tous les jours tu es sur la moto? »

Mes collègues me diront, « Mbouroukouss sera jaloux, il va se fâcher et te chasser parce que tu as la voiture. Je suis têtu vous le savez déjà, je venais je la garais et j’allais travailler. Je ne suis pas une fake personne.

Quand viendront les périodes de congés, j’y vais, je me suis marié ensuite sans rien attendre de ma maison même pas 5 Frs d’ailleurs connaissant le milieu, je n’ai même pas osé le leur dire si ce n’est l’autorisation du congé de mariage demandé.

A mon retour les mêmes collègues me larguent, « ton mariage à fait le buzz, le jaloux de la porte bleue ne te lâchera pas. »

1 mois, 2 mois, 3 mois jusqu’à 8 j’y resté dans le coin qu’il appelle lui-même la cellule avec Jean Paul Chou Nyat et Donald Brice Nkamgang dont les images insoutenables ont été publiées sur les réseaux sociaux. Le but, nous briser psychologiquement afin que nous démissionnons de nous-mêmes comme c’est le cas en ce moment  avec l’équipe des grands guelles , Sankeu Le Manequin, Roi Du Gombo, Aribelle , Tronkada Et Quinine 22 qui sont au « mitars » ce sont les mots de Biamou.

C’est mal connaître l’enfant de Babou par Bangoulap/Bangangté. J’ai dit j’attends ma lettre de licenciement. C’est ainsi qu’en février 2023, Tchounkeu Severin me sert un document par voie d’avocat baptisé Résiliation De Collaboration sans motif. Tout ceci était la machination de Mbiamou Djeuya Théophile l’agriculteur de poivre de Babitchoua. Jeune marié, quel est le but de me chasser? Que j’aille où ? Quel est ce niveau de méchanceté ?

Alors quand nous parlons ici, ce n’est pas pour nuire à Equinoxe que j’aime dont je suis reconnaissant de ce qu’elle m‘a apporté, le but est clair, si M. Tchounkeu Severin continue de laisser Mbiamou Théophile faire, on peut déduire que c’est justement son bras armé comme le pensent les ex-collègues.  Alors je ne vous raconte pas ici les 1/1000 eme des faits de cet homme.

Chers parents. Regardez Equinoxe et encouragez ceux qui y travaillent mais dites à votre enfant de ne pas y aller si Biamou est encore là-bas. Chers jeunes journalistes, c’est une très bonne maison pour votre carrière et votre CV, mais si Biamou est là n’y allez pas. Maintenant que j’ai parlé, venez me taper, venez m’insulter, venez tout me dire, aucun de vous ne gère mes factures. Continuez à nous brandir les phrases du genre, la main qui t‘a nourri…

 


Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

La revue presse

La revue de presse camerounaise du vendredi 17 novembre 2023

Biya Franck

[Opinion] Franckistes: les implications du positionnement récent de Franck Biya en faveur du Rdpc