in

L’artiste camerounais Ekambi Brillant est mort

Il s’est éteint le 12 décembre 2022 à Douala des suites d’une longue maladie. Il était âgé de 74 ans.

FB IMG 1670886399526

L’icône du Makossa, Ekambi Brillant n’est plus. Il est décédé à l’hôpital Laquintinie ce 12 décembre 2022.

Sa longue maladie l’avait conduit à une hospitalisation de huit mois entre l’hôpital militaire et l’hôpital général de Douala, avant une prise en charge plus importante en Turquie. Il était alors revenu à Douala en octobre de l’année en cours pour une convalescence calme.

Connu sous le pseudonyme de Mot’a Muenya, qui signifie l’homme célèbre/distingué, en langue Duala, Ekambi Brillant se retire de la scène musicale après une carrière des plus fructueuse. 20 albums à son actif, une fondation et des classiques incontournables comme Massoma, Muna Moto, Elongi ou encore Moussoloki.

« L’artiste- Musicien Ekambi Brillant qui décède aujourd’hui était Brillant. Sa musique a fait danser des générations à travers le monde entier. Son style vestimentaire était unique et le rendait très élégant et jeune. Toujours 30 ans.  Je garde de lui, les bons souvenirs d’un artiste  très engagé dans la lutte  contre la fraude fiscale au Cameroun. Il a chanté : « Les Impôts…Payez vos impôts…Les impôts… » C’est un Grand message qu’il nous laisse. Le bel hommage que nous pouvons lui rendre sans hypocrisie  c’est de payer nos impôts et que le gouvernement gère bien au moment où les camerounais et camerounaises vivent dans une extrême souffrance sociale et financière », a réagi le journaliste Polycarpe Atangana.

Ekambi Ekambi Louis Brillant, est un artiste et chanteur camerounais né le 18 juin 1948 à Douala. Il est originaire de Dibombari, un village tout proche de Douala. Tout jeune, il passe son enfance avec ses grands-parents maternels à Djébalè (banlieue de Douala) où nait sa passion pour la musique. En 1962, il est admis au concours d’entrée en 6e au Lycée Général-Leclerc de Yaoundé. C’est au Lycée Général-Leclerc qu’il apprend la musique et particulièrement la guitare sous le regard de Zane Daniel, professeur de musique d’origine française.

En 1971, à l’âge de 23 ans, il arrête ses études, en classe de seconde et rejoint la ville de Douala où il intègre l’orchestre les Crack’s comme guitariste. Ceux-ci se produisent dans la boite de nuit Le Domino. Il se présente ensuite au concours de la musique lancé par l’ORTF (Office de Radiodiffusion Télévision Française) aujourd’hui appelé RFI (Radio France Internationale), avec d’autres candidats tels que Manu Dibango, Francis Bebey dont il est le lauréat.

C’est à l’issue de ce prix qu’il sort son premier disque 45 tours intitulé « Jonguèlè la Ndoloqui » qui enregistra 20 000 ventes. Arrivé en France en janvier 1972, avec le soutien de Jean Dikoto Mandengué (Bassiste camerounais), il fut produit par Phonogram et sort son second disque 45 tours qui fût également un succès avec 25 000 ventes. En 1975 il sort l’album « Africa Oumba » avec comme titre phare ‘’Elongui’’ qui a été repris par plusieurs autres artistes tant africains qu’européens. Cet album connait un record d’environ 4 millions de vente. Suivront des collaborations avec Slim Pezin comme producteur pour les titres ‘’Soul Castel’’, ‘’Musunguédi’’.

Pour approfondir :   Koffi Olomidé jugé en France pour « agressions sexuelles »

De passage au Cameroun dans les années 1976, Ekambi Brillant crée son orchestre appelé les Ebis (Ekambi Brillant Show) qu’il fait venir en France. Il aura contribué à l’éclosion de plusieurs artistes aussi bien camerounais comme Marthe Zambo, Valéry Lobé, Aladji Touré qu’africains à l’instar de Cella Stella, Angélique Kidjo. Avec plus de 20 albums à son actif l’artiste Ekambi Brillant a fait la promotion de la musique camerounaise dans au moins 65 pays du monde ce qui lui vaudra une médaille de commandant de l’ordre national de la valeur que le chef de l’Etat lui a décerné le 3 avril 2009


Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Les Uned en kiosque 1

Cameroun : La revue de presse du mardi 13 décembre 2022

image

Le journaliste français Romain Molina veut poursuivre la Fecafoot en justice