in ,

« Incroyable ce degré de malhonnêteté venant d’un adulte » : Bruno Bidjang tacle sévèrement un soutien d’Eto’o après l’avoir viré de son plateau

Branco Bidjang

Après l’avoir exclu de l’émission Club d’Élites dimanche sur Vision 4, Bruno Bidjang accuse le champion olympique 2000 Serge Branco d’avoir menti sur les raisons de la mise à l’écart du plateau. 

Suite à son exclusion en cours d’émission, Serge Branco a commis un message audio dans lequel il déclarait que c’est Jean Pierre Amougou Belinga qui a instruit à journaliste de le faire. Des propos que le présentateur du programme a battu en brèche non sans tacler sévèrement l’ex Lion indomptable. « Serge Branco, le mensonge a de courtes jambes. Dieu merci j’ai des témoins ( les autres co panélistes). J’ai été claire , plus d’injures dans mon émission. Mais tu as récidivé. Alors à partir de ce moment, j’assume mes responsabilités. Si tu cherches à aller au Qatar, laisse le nom de Bidjang et de mon PDG. Awana l’a d’abord fait envers toi, je le lui ai dit et comme cela ne suffisait pas, tu as remis ça », a expliqué l’étudiant de l’Esstic.  

« J’ai instruit à mon Réalisateur de te faire sortir poliment du plateau car tu es allé trop loin et je l’assume. Au sortir de l’émission, tout le monde est surpris de lire et d’écouter partout que tu racontes que le PDG m’a appelé en pleine émission et que j’aurai eu une conversation avec toi. C’est quand même incroyable ce degré de malhonnêteté venant d’un adulte. Franchement, je cherche encore mieux pour aller au Qatar, Eto’o est généreux, tu n’as même pas besoin de trop danser pour ça. Et ton attitude d’aujourd’hui prouve le pourquoi tu es resté au Cameroun.Je veux pas revenir sur d’autres choses, parce que si je parle , je suis sûre que Samuel ne te saluera plus jamais », a poursuivi Bruno Bidjang. 

 

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

PN JBT

Jean-Bruno Tagne et Pierre Nka s’étripent sur les réseaux sociaux concernant Samuel Eto’o

Val Bessara

Valère Bessala : « Avec 60 millions, les Lions doivent comprendre qu’ils ont au moins deux hôpitaux dans la poche »